Bien-être, Ma santé

Acouphènes, nos conseils pour baisser le son…

L’info – La 21ème Journée Nationale de l’Audition a eu lieu récemment à l’initiative de l’association JNA, avec le concours de la Fondation pour l’Audition et de l’association France Acouphènes. A l’occasion de cette campagne d’information, les résultats d’une enquête Ifop-JNA « Acouphènes et hyperacousie : fléaux du 21ème siècle » ont été dévoilés* : des chiffres inquiétants, si l’on en croît le nombre et l’âge des Français atteints par ces troubles. En effet, le sondage révèle que 4 millions de nos concitoyens souffriraient d’acouphènes permanents, et 12 à 14 millions d’acouphènes irréguliers ou permanents. Parmi les plus touchés : les moins de 35 ans. Des symptômes ORL en forte croissance : selon France Acouphènes, 200 000 nouveaux cas sont recensés chaque année.

Acouphènes : kesako ? Bourdonnements, sifflements, pulsations… Les acouphènes sont des bruits parasites dans les oreilles ou dans la tête qui n’existent pas réellement, et qui sont perçus seulement par les personnes concernées. Parfois, ils disparaissent comme ils sont venus – le stress est un facteur aggravant. Parfois, ils s’installent et deviennent chroniques. Le début d’un petit enfer pour certains : sans gravité, la plupart du temps, mais envahissants et pénalisants au quotidien.

D’où viennent-ils ? Certains acouphènes dits « objectifs » sont dus à des maladies vasculaires, comme l’hypertension artérielle au niveau du cou ou de la tête. Mais ils sont rares : 5 % des cas selon l’Assurance Maladie. Les autres causes sont multiples et de nature très différente : exposition répétée au bruit (musique, casque audio, travaux…), vieillissement (à partir de 50 ans), bouchon de cérumen. Mais aussi otite, atteinte du nerf auditif ou de l’oreille interne, otospongiose (maladie héréditaire, responsable d’une surdité), syndrome de Ménière… D’où l’intérêt de consulter un médecin ORL, afin de poser un diagnostic, de déterminer leur origine et de les traiter si possible.

Les solutions – Les acouphènes peuvent être très handicapants au quotidien : d’après France Acouphènes, ils s’avèrent particulièrement invalidants pour 300 000 Français. Problèmes d’audition associés (chez 4 personnes sur 10 selon l’enquête IFOP-JNA), insomnies, nervosité, voire état dépressif ou encore isolement social : la liste est longue ! Sauf exceptions, il n’existe pas de traitement curatif. Mais il est possible de prévenir leur apparition grâce à des gestes simples : en évitant de rester scotché à son casque audio pendant des heures, en baissant le son de la musique, en portant des protections au travail, en faisant des pauses régulières pour soulager les oreilles… Différentes techniques et pratiques douces peuvent aussi apporter du réconfort : TCC (Thérapies Comportementales et Cognitives), sophrologie, hypnose, etc… L’idée ? Apprendre à déconnecter son cerveau du bruit, et à mettre à distance ces sons parasites qui finissent par envahir l’espace mental.

Bon à savoir – Les acouphènes ne sont pas reconnus comme une pathologie à part entière, ni comme un trouble handicapant par l’Assurance Maladie. Il n’y a donc pas de parcours de soins défini, ni de protocole de prise en charge. Mais certains praticiens (médecins ORL, audioprothésistes, psychothérapeutes, sophrologues, spécialistes en TCC…) se sont réunis en association, afin de mettre en place des parcours de santé adaptés. C’est le cas de l’AFrEPA (www.afrepa.org) et de COOPACOU (www.coopacou.me). Par ailleurs, pour obtenir cette reconnaissance, une étude épidémiologique devrait être lancée fin 2018 à l’initiative de l’association JNA et de France Acouphènes.

Des cures thermales – Quelques stations thermales spécialisées en ORL et dans les voies respiratoires proposent des cures spéciales acouphènes. L’occasion de faire un bilan complet, de mieux connaître l’origine de ses troubles, mais aussi d’être pris en charge par une équipe pluridisciplinaire et d’échanger avec d’autres personnes souffrant des mêmes symptômes. Leur point commun ? Elles se déroulent toutes pendant 5 ou 6 jours seulement, en complément – ou non – d’une cure thermale conventionnée. Elles ne sont donc pas prises en charge financièrement par l’Assurance Maladie. Quelle que soit votre destination, n’oubliez pas de prendre votre dossier médical avec vous (si vous en avez un, bien sûr). Attention : les prix indiqués ci-dessous sont hors hébergement et restauration.

A Cambo-les-Bains – Pour accéder à la cure Spécifique Acouphènes (12 soins et ateliers), il faut obligatoirement suivre en parallèle la cure thermale conventionnée voies respiratoires. Son prix : à partir de 622,81 € la cure de 18 jours, dont 155 € pour le module spécifique acouphènes (non remboursé). Le programme de soins : 1 bilan initial collectif, 1 séance de Qi Gong, 1 consultation psychologique individuelle, 1 séance de sophrologie, 1 séance de gymnastique douce, 1 groupe de parole avec une psychologue, 1 conférence médicale, 1 atelier équilibre & gymnastique adaptée, 1 table ronde avec une assistante sociale, 2 entrées au spa thermal (avec 2 soins balnéo au choix), 1 bilan final collectif. Plusieurs dates : du 26 mars au 14 avril 2018 ; du 18 juin au 07 juillet 2018 et du 10 au 29 septembre 2018.

A Luchon – Un programme complémentaire Acouphènes a été mis en place récemment dans la station pyrénéenne. Organisé sur 6 jours, il est accessible aux personnes suivant une cure conventionnée, mais aussi à tous ceux qui ne disposent que de quelques jours pour prendre soin d’eux. Son prix : 120 € (non remboursés). Le programme de soins : 1 séance d’hypnose, 2 ateliers santé souplesse & relaxation, 2 séances de sophrologie et 1 groupe de paroles (1 séance de sophrologie s’il n’y a pas le nombre requis de curistes). Accès libre au Vaporarium, seul hammam naturel en Europe (38°C à 42°C). Les dates : du 16 au 21 avril ; du 14 au 19 mai ; du 18 au 23 juin ; du 15 au 21 juillet ; du 13 au 18 août ; du 17 au 22 septembre ; du 15 au 20 octobre.

A Saint-Gervais Mont-Blanc – Dans cette station thermale en plein renouveau, une cure spéciale acouphènes est lancée cette année, en partenariat avec le spécialiste en appareils auditifs Amplifon. Accessible à tous, elle se déroule sur 6 jours, du lundi au samedi. Son prix : non communiqué. Le programme de soins : 1 bilan complet avec le médecin ORL, 1 entretien avec un psychologue, 1 entretien avec un conseiller Amplifon, des activités physiques adaptées (cours d’aquagym), 4 séances de sophrologie et 1 entretien avec une diététicienne. Des soins ORL sont également délivrés tous les matins : douche nasale, gargarisme, pulvérisation nasale, aérosol et humage. A la fin du séjour, une synthèse est remise à chaque curiste pour qu’il reparte chez lui avec sa « boîte à outils ». Les dates : du 30 juillet au 4 août ; du 27 août au 1er septembre ; du 17 au 22 septembre.

Pour en savoir plus sur les acouphènes : assure.ameli.fr ; france-acouphenes.org

(*) Enquête Ifop-JNA réalisée avec le concours de France Acouphènes, la Fondation Pour l’Audition et le groupe APICIL ; échantillon de 1003 personnes, représentatif de la population française âgée de 15 ans et plus. Interviews par questionnaire auto-administré en ligne du 9 au 12 février 2018.

Crédit photos : ©Pixabay ; ©Thermes de Cambo-les-Bains ; ©Thermes de Luchon ; ©Thermes de Saint-Gervais Mont Blanc

Anne Autret
Mes activités : fondatrice du site d’information BtoB L’Actu Spa & Bien-Etre, piges, conseil éditorial, conception-rédaction, communication. Mes domaines de prédilection : bien-être, beauté, tendances consommation. Mes pratiques de bien-être : spinal network analysis chez ma chiro préférée Sandrine Perrot, séances d'ostéo avec Magic Valentin Cohas, Pilates, running, badminton, massages bien-être, thalasso, balades au bord de la mer...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *