Belle nature, Notre planète

Après la disparition des abeilles, celle des oiseaux !

Tout est lié ! La biodiversité, c’est tout ce qui fait la vie sur Terre. On vit avec et on vit grâce à elle sans en avoir conscience mais quand les abeilles, les oiseaux et les insectes tendent à disparaître, c’est tout l’écosystème qui se trouve déséquilibré. Les apiculteurs ont été les premiers à sonner l’alarme car c’est leur métier qui est en danger aujourd’hui. Maintenant, non seulement les ornithologues – les spécialistes des oiseaux – rappellent la société à l’ordre, mais la politique s’en mêle aussi pour arrêter les dégâts causés par les pesticides notamment.


Une loi pour la reconquête de la biodiversité
Elle fût longue à être promulguée mais le constat est si alarmant qu’elle est devenue réalité en août 2016. Désormais, la protection de la nature est inscrite dans le droit français et l’interdiction des pesticides avec néonicotinoïdes (produits hautement toxiques devenus une manne financière pour le lobby concerné) devrait être appliquée en septembre 2018. Oh miracle ! Cependant, le mal est fait depuis de nombreuses décennies : c’est l’hécatombe pour la faune, l’eau et la terre. Voici les dernières études révélées en mars 2018.

Le CNRS et le Museum d’Histoire Naturelle
Ces deux grands organismes ont observé la disparition des oiseaux dont les populations se sont réduites d’un tiers en 15 ans. Etrangement, le carnage s’est accéléré ces dernières années et certaines espèces ont perdu près de 80% de leurs congénères (comme les perdrix). De nombreux oiseaux de plaine ont disparu de la circulation (moins 35% d’alouettes des champs). Même chiffre pour les oiseaux en milieu agricole : le massacre silencieux a été observé depuis les années 1990. Les études montrent aussi les dégâts engendrés par la politique agricole commune (la PAC), avec ses pratiques du tout-chimique, la fin des jachères imposées ou encore la flambée des cours des céréales.


De multiples causes
Nous avons interviewé Maxime Zucca, chargé d’étude à l’agence régionale de la biodiversité au sein de l’IAU (l’Institut d’aménagement et d’urbanisme en Ile-de-France) : «  les causes sont multifactorielles. Les pesticides sont particulièrement nocifs, surtout les néonicotinoïdes car leurs effets toxiques sont persistants dans l’environnement. Dans le milieu agricole, la diversité des habitats de la faune a disparu. Les milieux sont devenus très uniformes, avec une perte des habitats naturels. De plus, l’intensification urbaine augmente en même temps que l’intensification des pratiques agricoles ».

Trouver des solutions
 » Notre rôle est d’alerter et de trouver les causes pour faire évoluer la situation, déclare Maxime Zucca. La loi pour la reconquête de la biodiversité est primordiale : elle permet de renforcer certains outils de protection, de mieux prendre en compte les espèces protégées dans les projets d’aménagements urbains. On se rend également compte que le déclin de la biodiversité est très lié à notre alimentation et aux pratiques agricoles. Mais rien ne bouge au niveau politique pour changer les pratiques ! »

Que pouvons-nous faire à notre petite échelle ?
Notre spécialiste nous rappelle que les citoyens ont le choix de leur alimentation : c’est très important pour favoriser les bons usages respectueux de l’environnement, comme privilégier le bio et des labels comme Nature & Progrès (www.natureetprogres.org), encore plus exigeants que le bio. Consommez un peu moins de viandes car la moitié des surfaces agricoles est consacrée aux élevages d’animaux. Il y a de grands enjeux de consommations pour les citoyens. Dans son jardin ou son coin de verdure, c’est une bonne idée de laisser un havre de paix pour les insectes et les oiseaux. Et arrêter bien sûr les traitements chimiques pour que la biodiversité puisse s’épanouir.

Initier les enfants
La journaliste et auteure Nathalie Tordjman a concocté un joli livre illustré pour les enfants à partir de 7 ans. Les petits naturalistes en herbe pourront découvrir 150 espèces avec des illustrations et des rubriques détaillées pour comprendre leurs comportements et leurs milieux de vie. Au fil des pages, devinettes, tests et ateliers documentent d’une manière ludique et intelligente.
Le Livre aux oiseaux, Nathalie Tordjman, Éditions Belin.


Le guide chanté des oiseaux
Ce livre unique répertorie plus de 50 espèces d’oiseaux avec leur chant ! Il suffit d’ouvrir les QR-Codes intégrés dans les pages pour les écouter : ces chants ont été récoltés par Gérard Olivier (son site : www.chants-oiseaux.fr). L’ornithologue Claude Feigné conseille comment aider nos petits oiseaux des campagnes et des villes : pour les nourrir, favoriser leur présence et aménager les balcons, les terrasses et les jardins. Le tout, illustré par les belles photographies de Gérard Schmitt, un agriculteur bio spécialiste des oiseaux sauvages.
Le guide des oiseaux de nos jardins, Claude Feigné, éditions Sud-Ouest.

©pixabay, ed. Sud-Ouest

Nathalie Giraud
Journaliste indépendante pour la presse grand public, elle est spécialiste de l’écologie, de la santé environnementale et des médecines complémentaires. Membre de l’association JNE (Journalistes-écrivains pour la Nature et l’Ecologie), elle est l’auteure du livre « Epices et Santé » (Trédaniel Editeur). Tèl : 06 11 70 21 99.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *