Bien-être, Forme & wellness

Un certain lien entre le chocolat et la course !

Les souris de laboratoire aussi recherchent le plaisir procuré par le chocolat et la course… C’est ce que révèlent les études scientifiques menées par des chercheurs de l’Inserm (l’Institut national de la santé et de la recherche médicale). Les derniers travaux ont été publiés le 7 mars 2019 par Francis Chaouloff, Directeur de Recherche à l’Inserm de Bordeaux, dans l’Equipe « Endocannabinoïdes & NeuroAdaptation ».

Courir et manger du chocolat, ce sont nos récepteurs de cannabis qui en parlent le mieux !
On va de surprise en surprise quand on découvre certaines études… Celle-ci est captivante, puisqu’elle montre que ce sont les récepteurs cannabinoïdes CB1, qui tentent de nous faire comprendre les motivations pour l’activité physique comme pour la prise alimentaire. Que sont-ils ? Ces récepteurs cannabinoïdes CB1 sont présents dans le cerveau (en grande quantité) et dans certaines autres parties du corps (en plus petite quantité). Ils ont été baptisés ainsi, car ils sont la cible notamment du cannabis. Ils sont impliqués dans le processus de la dopamine, cette hormone dite du bonheur, et dans le mécanisme de la récompense.

Quel est le but de l’étude ?
Comme nous l’explique le communiqué de l’Inserm : « Les pathologies qui résultent de notre mode de vie sédentaire ont pour principale cause une inactivité physique, cette dernière étant souvent associée à une prise excessive de nourriture riche en sucres et/ou en gras. A l’opposé, une activité physique excessive aux dépens de la prise de nourriture peut également s’avérer nocive, comme l’illustrent des cas d’anorexie nerveuse. Ces données rendent donc cruciale la recherche des processus neurobiologiques contrôlant les motivations respectives pour l’activité physique et la prise alimentaire. Fruit de la collaboration entre des chercheurs de l’Inserm et du CNRS, l’étude* révèle que les récepteurs cannabinoïdes CB1 jouent un rôle primordial dans le choix entre courir et consommer une nourriture chocolatée ».

Le sportif et son système cannabinoïde !
Déjà en 2013, les travaux réalisés par Francis Chaouloff et ses collaborateurs de l’Inserm commençaient à décrypter les mécanismes entre certains récepteurs cérébraux et l’activité physique chez les sportifs : « Les données mettant en avant des interactions entre le système endocannabinoïde, la cible du delta9-tétrahydrocannabinol (le principe actif du cannabis), et l’exercice physique ne datent pas d’aujourd’hui. En effet, cela fait 10 ans que l’on sait qu’une session d’exercice physique active ce système chez le sportif entraîné, mais le rôle exact de ce système lors de l’exercice physique est resté longtemps inconnu. Il y a 3 ans, la même équipe de recherche bordelaise a observé que des souris mutantes n’ayant plus de récepteur aux cannabinoïdes du type CB1, le principal récepteur du système endocannabinoïde dans le cerveau, couraient moins longtemps et sur de plus courtes distances que leurs congénères sains quand on leur donnait la possibilité d’utiliser une roue d’exercice. L’étude publiée dans Biological Psychiatry tente de comprendre « comment », « où » et « pourquoi » l’absence de ce récepteur CB1 diminue partiellement (de 20 à 30 %) les performances d’exercice volontaire chez des souris ayant accès à une roue d’exercice 3 heures par jour. »

Les effets positifs sur notre humeur
Ces études ouvrent la voie à de nouvelles recherches sur les médiateurs du plaisir, sur les addictions, associés à la pratique de l’exercice physique et pourquoi pas, à la consommation de chocolat. Car n’oublions pas que le cacao contient des substances qui agissent sur nos propres endocannabinoïdes, produisant notamment de la dopamine et parfois même, une addiction !

*Endocannabinoids and NeuroAdaptation, NeuroCentre INSERM U1215, Bordeaux, France.

Credit photo : Pixabay

Nathalie Giraud
Journaliste indépendante pour la presse grand public, elle est spécialiste de l’écologie, de la santé environnementale et des médecines complémentaires. Membre de l’association JNE (Journalistes-écrivains pour la Nature et l’Ecologie), elle est l’auteure du livre « Epices et Santé » (Trédaniel Editeur). Tèl : 06 11 70 21 99.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *