A la une, Bien-être, Forme & wellness

Des astuces contre l’anarchie alimentaire et le surpoids

L’importance de la mastication : de l’énergie au bout de la fourchette 
Pour aider le cycle du système digestif et pour plus de bien-être, il faut mastiquer chaque bouchée et non pas l’avaler rapidement. Non seulement votre deuxième cerveau va vous dire merci mais vous apprécierez bien mieux la qualité, le goût, la texture et le parfum des aliments. Le processus de la digestion et de l’apport énergétique de l’alimentation commence dans la bouche : la mastication et la salive vont attaquer littéralement les aliments. Certains végétaux se modifient dès ce premier stade : une partie de l’amidon de la pomme de terre est transformée, hydrolysée par les enzymes de la salive. Ensuite, c’est au stade de l’estomac que commence notamment le fractionnement des protéines sous l’influence d’une enzyme : la pepsine. Une fois broyés, les aliments vont parvenir à l’estomac qui va les « mixer » et les soumettre à un traitement chimique destiné à casser le contenu du bol alimentaire en des fractions plus petites. Ils sont transformés peu à peu lors de leur trajet au sein du système digestif, pour devenir assimilables et passer dans le sang avant de parvenir aux organes qui en ont besoin. Généralement, quelques heures sont nécessaires pour qu’un repas traverse le tube digestif, mais la durée du transit varie grandement d’un individu à l’autre, et en fonction de la composition du repas.

Une fois à table
Au début du repas, prenez conscience des trois premières bouchées, simplement en faisant attention à la texture des aliments et aux goûts. Cela va envoyer des informations olfactives, visuelles, gustatives à votre cerveau qui adore recevoir de nouvelles informations… Puis pendant le repas, pensez à poser la fourchette, à détendre les mains, les mâchoires quand vous arrêtez de mastiquer. Détendez aussi votre corps et reposez-vous sur le dos de la chaise, détendez vos jambes aussi. Et pour finir, prenez conscience de la dernière bouchée, pour terminer votre repas en pleine conscience et repartir détendu dans vos activités !

Une respiration en pleine conscience pour sentir la satiété
Pour retrouver la sensation perdue de la satiété, éviter de se re-servir ou de succomber au grignotage entre les repas, on peut tester la respiration en conscience plusieurs fois dans la journée. En prime, cela chasse le stress ! En effet, prendre conscience de sa respiration permet de renouer avec cette sensation corporelle du moment présent. Si vous vous sentez piégée dans un tourbillon de fringales et d’anarchie alimentaire, commencez simplement par vous asseoir. Pensez à votre respiration et laissez-la se calmer. Petit à petit, sentez votre respiration dans votre cage thoracique ou dans votre ventre, et prenez de plus en plus conscience de votre inspiration et de votre expiration. Focalisez-vous sur le rythme de votre respiration par le nez, pendant quelques minutes. Faites cet exercice plusieurs fois dans la journée pour renouer avec votre sensation de satiété : ai-je faim ou pas ? Ai-je besoin de mettre mon ventre au repos ? Mon système digestif a-t-il besoin de plus de temps pour faire son travail de digestion ?

Le bon équilibre entre activités physiques et alimentation

Avant le déjeuner : les activités physiques d’endurance sont les bienvenues à ce moment de la journée, ce qui favorise la perte de poids et le déstockage des graisses. A noter : après les repas, le corps est en pleine digestion. Donc il faut attendre deux bonnes heures avant de pratiquer un sport.

En fin de journée : pour maigrir pendant la nuit !
Toutes les activités sont les bienvenues, même les plus intenses. La période de 17 à 20 heures est propice à l’activité physique. Au-delà, elle risque d’hypothéquer la qualité et la durée du sommeil. Prévoyez votre séance d’entraînement vers 18 heures. Oxygénation et force musculaire sont alors optimales. Si vous avez du mal à dormir, ne négligez pas le rôle régulateur de l’activité physique : en améliorant la vascularisation musculaire, elle facilite la déperdition calorique nocturne et donc le sommeil.

A éviter : faire du sport tard le soir
En effet, quand la nuit arrive, l’organisme ralentit son rythme naturellement et il est préférable de suivre ce principe chronobiologique, sauf bien sûr si la pratique est vraiment douce comme la méditation ! Faire l’amour en revanche est une bonne idée pour ensuite tomber dans les bras de Morphée… (source : études en chronobiologie)

Crédit photo : ©Pixabay

Nathalie Giraud
Journaliste indépendante pour la presse grand public, elle est spécialiste de l’écologie, de la santé environnementale et des médecines complémentaires. Membre de l’association JNE (Journalistes-écrivains pour la Nature et l’Ecologie), elle est l’auteure du livre « Epices et Santé » (Trédaniel Editeur). Tèl : 06 11 70 21 99.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *