Notre planète

Guide forestier pour balades de saison éclairées

Amis des forêts, des randonnées automnales, des cures d’air pur, de la faune et de la flore, ce beau livre est pour vous ! Voici un extrait de ce bel ouvrage qui a photographié, aimé et raconté cet écosystème si riche à observer. Avant de partir vous promener, vous visiterez le monde des oiseaux, des mammifères, des reptiles, des escargots, des champignons ou encore celui des fougères et des lichens : soit 250 espèces d’animaux et de plantes… C’est une fenêtre ouverte sur la Bavière mais cette bouillonnante nature ne manquera pas de vous rappeler la forêt la plus proche de chez vous. Même les loups et les lynx sont parmi nous !
La vie au cœur de la forêt, ses hôtes, ses secrets, ses fragilités… De Peter Wohllben, Guy Tredaniel Editeur (sortie en octobre 2017).

« Les forêts d’Europe centrale abritent des dizaines de milliers d’espèces animales et végétales. Selon une information de l’Office fédéral allemand pour la protection de la nature, il y aurait dans la seule Bavière 480 espèces différentes de carabidés. Où doit commencer un guide forestier et où doit-il finir ? D’autre part, lors d’une randonnée, nous ne pouvons découvrir qu’une infime partie de cette richesse. Il y a en effet des animaux et des plantes qui se montrent volontiers, alors que d’autres ne sont visibles que la nuit et dans certaines contrées. Les espèces que l’on rencontre extrêmement rarement, celles qui ont un « CV » étrange, qui se comportent bizarrement ou sont très importantes pour la forêt sont particulièrement intéressantes. J’ai donc dû faire l’impasse sur d’autres animaux et plantes tout aussi importants pour l’écosystème de la forêt. C’est d’ailleurs souvent le cas, même dans les dictionnaires scientifiques les plus pointus. Une chose que vous devez savoir : nous n’avons pas encore, et de loin, découvert toutes les espèces d’Europe centrale. Vous pouvez donc entreprendre des expéditions de découverte aussi passionnantes dans nos forêts que sur les rives de l’Amazone. »

« Le loup » (Canis lupus – canidés)

« Où va le loup, pousse la forêt », dit un vieux dicton russe. Et c’est vrai. En effet, le loup chasse les grands herbivores des pépinières de hêtres et de chênes, et les petits arbres peuvent grandir à l’abri de leur voracité. Les chevreuils, les cerfs et les sangliers ne se sentent pas en sécurité dans les sous-bois, car ils ne voient pas arriver le loup qui approche… à pas de loup. Ils préfèrent donc rester à l’orée des bois ou au-delà de la limite supérieure des forêts. Nombre de personnes entretiennent totalement inutilement notre peur de cet ancêtre du chien, dont il se distingue notamment par une chose : il a peur de l’homme. Certains chasseurs le considèrent toutefois comme un rival, et il n’est pas rare d’apprendre par la presse que des loups ont été abattus illégalement. »

« Le lynx » (Lynx lynx – félins)

« Pendant longtemps, le lynx boréal (ou lynx d’Eurasie) a été, au même titre que le loup, considéré comme éradiqué. Le lynx se nourrit principalement de chevreuils – il peut en manger une cinquantaine par an. À proximité des zones habitées, il s’en prend également aux moutons et aux chèvres, et il fut autrefois chassé avec acharnement. On le rencontre désormais de nouveau dans presque tous les massifs de moyenne montagne, mais en petit nombre décroissant, et ses perspectives d’avenir sont préoccupantes. Le lynx ne se reproduisant pas aussi bien que loup, les programmes de protection de l’espèce sont particulièrement justifiés. Les chats domestiques à proximité des forêts préviennent leurs maîtres de la présence du lynx: ils n’osent bien souvent plus s’aventurer devant la porte dès que l’un de ces grands félins rôde dans un rayon de plusieurs kilomètres. »

L’auteur : Peter Wohlleben est un célèbre garde-forestier allemand qui a étudié la sylviculture à l’université de Rottenburg. Il démissionna au bout de 23 ans de son poste à l’Administration des eaux et forêts de Rhénanie-Palatinat pour mettre en application son approche d’une exploitation écologique des forêts dans la commune de Hummel.

 

Les secrets d’un écologiste
Il nous explique comment les arbres, les animaux et les végétaux communiquent entre eux, pourquoi tel champignon pousse au pied de tel arbre, et ce qui se passe  dans l’écosystème lorsqu’une espèce disparaît. Sa singularité : il met en lumière les relations entre les fonctions de la forêt et chacun de ses habitants – qui garantissent l’équilibre de cet écosystème, ainsi que l’influence de l’homme sur ces milieux.

©Guy Tredaniel Editeur, Pixabay

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Nathalie Giraud
Journaliste indépendante pour la presse grand public, elle est spécialiste de l’écologie, de la santé environnementale et des médecines complémentaires. Membre de l’association JNE (Journalistes-écrivains pour la Nature et l’Ecologie), elle est l’auteure du livre « Epices et Santé » (Trédaniel Editeur). Tèl : 06 11 70 21 99.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *