Bien-être, Ma santé

Homéopathie des beaux jours, ça marche !

Cette médecine très douce et très efficace n’est pas encore comprise par tout le monde : la Haute autorité de santé (HAS) va décider à la fin du mois de juin si les médicaments homéopathiques doivent continuer à être remboursés… Et le Ministère de la Santé tranchera ! Des fuites concernant l’avis de la HAS sont sorties avant l’heure il y a quelques jours et les nouvelles ne sont pas très positives pour l’homéopathie. Pourtant, des millions de gens en sont très satisfaits et ce, à travers le monde entier.

74% des Français qui ont recours aux médicaments homéopathiques les jugent efficaces et sont contre l’arrêt de leur remboursement (Ipsos, octobre 2018)

Médecine globale et naturelle
L’homéopathie s’adapte très bien à la médecine classique et devient une aide complémentaire pendant une maladie ou un problème ponctuel de santé. Financièrement très abordables, les granules ou globules sont prises en charge en partie par la sécurité sociale s’ils sont prescrits par un médecin homéopathe. Ces médicaments homéopathiques sont préparés par dilution selon la loi de la similitude. Et c’est Christian Samuel Hahnemann (1755-1843), le fondateur de l’homéopathie, qui a découvert cette méthode axée sur trois étapes de préparation : la loi de similitude, la loi des dilutions et la loi de dynamisation.

De nombreux symptômes soulagés rapidement !

On peut traiter de nombreux problèmes de peau, de dents, les troubles circulatoires, les sphères ORL, gynécologiques ou encore le système digestif. Cela fonctionne sur les adultes comme sur les enfants, même en bas âges. En revanche, cette médecine a ses limites et ne peut pas enrayer une maladie comme le cancer ou le diabète. Néanmoins, elle peut intervenir comme soins complémentaires à de nombreux niveaux, notamment pendant les traitements contre le cancer (pour atténuer les effets de la chimiothérapie et de la radiothérapie, par exemple). Par ailleurs, certains médicaments homéopathiques trouvent leur place dans la pharmacie maison, pour soulager de nombreux petits tracas. Par exemple, l’arnica (Arnica Montana) est incontournable pour soigner les bleus, les courbatures musculaires après l’effort et même les traumatismes psychiques. Pour la période estivale qui s’annonce, munissez-vous de quelques tubes de granules judicieusement choisis…

Contre les piqûres d’insectes
-En prévention pour diminuer la réactivité aux piqûres d’insectes : prendre 1 dose globule de Sulfur 15 CH (une seule fois).
-Pour apaiser une simple piqûre d’abeilles : prendre Apis Mellifica 15 CH, 5 granules 3 fois par jour.
-Pour soulager une inflammation qui se transforme en œdème ou qui provoque une réaction anormale – suite à certaines piqûres d’abeilles ou autres insectes – en attendant les secours : prendre Apis Mellifica 15 CH, 5 granules toutes les heures (pour adultes). Pour les enfants (à partir de 3 ans) : prendre seulement 3 fois dans la journée, en attendant les secours

Contre la lucite solaire
On appelle aussi cette allergie cutanée au soleil « urticaire solaire » : cela provoque des plaques, des boutons ou des irritations intenses suite à des expositions régulières au soleil.
-En prévention 10 jours avant de partir : prendre Natrum Muriaticum 15 CH, 1 dose globule.
– Dès le premier symptôme : prendre Muriaticum Acidum 9 CH, 5 granules une fois par jour, tous les jours.

Contre les jambes lourdes
-En prévention : Hamamelis Composé, 10 granules dans une bouteille d’eau (petite ou grande) à boire dans la journée, pendant toutes les vacances.
-En cas de bleus, d’hématomes au moindre petit accrochage, avec veines dilatées : prendre Arnica 9 CH, 5 granules jusqu’à 5 fois par jour (espacer les prises quand il y a une amélioration).
-Pour soulager les varices douloureuses et brûlantes à cause de la chaleur : prendre Hamamelis 5 CH, 5 granules jusqu’à 5 fois par jour.
– En complément : marcher dans l’eau de mer régulièrement, faire de la natation, arroser les jambes à l’eau froide en fin de douche, et chouchouter ses jambes avec des crèmes protectrices, des huiles après-solaires et des automassages doux.

Contre le mal des transports
-En prévention : pour les personnes anxieuses à l’idée de prendre l’avion, la voiture, le bateau, le train : prendre Gelsemium Sempervirens 30 CH, 5 granules le soir pendant huit jours avant le départ. Et le matin du départ : prendre 5 granules. En complément : le gingembre marche aussi en prévention (en compléments alimentaires).
-Pour les grands émotifs et les personnes sensibles qui peuvent développer des nausées pendant les trajets ou même rien qu’en y pensant, par peur d’être malade : prendre Ignatia Amara 30 CH, 5 granules le soir la veille du départ, et le matin avant de partir. Ignatia Amara marche aussi sur les personnes et les enfants qui voient leur mal des transports s’améliorer par une activité ou un jeu.
-Troubles aggravés pendant les perturbations en avion ou en bateau : prendre Borax 5 CH, 5 granules.
-En cas de nausées : prendre Cocculine, un comprimé toutes les heures pendant le trajet.

Contre l’herpès solaire
Certains boutons apparaissent seulement en cas d’exposition au soleil…
-Prendre Muriaticum Acidum 7 CH, 5 granules tous les jours quand vous prenez le soleil. Certaines personnes développent cette dermatose vésiculaire surtout au bord de la mer : en prévention, prendre Natrum Muriaticum 15 CH, une dose globule tous les 15 jours avant de partir en vacances, puis la prescription ci-dessus pendant les expositions solaires.

D’autres indispensables…
-Arnica 9 CH : pour les bosses, les bleus, les contusions et les hématomes.
-Arsenicum Album 9 CH : pour les gastro-entérites, les diarrhées par intoxication alimentaire et le besoin d’air frais.
-China Officinalis 9 CH : pour les diarrhées (5 granules 4 fois par jour, couplé avec Arsenicum Album 9 CH. S’il n’y a pas d’amélioration après 24 heures il faut consulter un médecin).
-Apis Mellifica 9 CH : pour les œdèmes de la peau (rougeurs, peau rosée) avec sensations de brûlures soulagées par des applications froides (ou eau froide). Cela fonctionne aussi sur les œdèmes d’entorse et d’urticaire.
-Pulsatilla 5 CH : pour les indigestions en cas d’excès de glaces ! Prendre 5 granules jusqu’à 4 fois par jour (espacer les prises jusqu’à amélioration).
-Cocculus Indicus 5 CH : pendant les décalages horaires, prendre 5 granules le soir avant de dormir et une fois dans la nuit en cas de réveil.

Le soleil et la chaleur en cas d’eczéma…
Il est impératif de consulter un médecin homéopathe plusieurs semaines avant de partir au soleil car l’homéopathie peut vraiment faire des miracles ! Que ce soit une maladie de terrain ou un eczéma provoqué par un agent extérieur (eau de piscine chlorée notamment), il existe des solutions.
– En cas de peau rosée et chaude dont l’état s’aggrave à cause de la chaleur (et soulagée par le froid) : prendre Apis Mellifica 5 CH.

Une pétition à signer pour ceux qui souhaitent défendre les médecines complémentaires : sur www.monhomeomonchoix.fr

Pour en savoir plus sur l’actu, voici le communiqué des Laboratoires Boiron (mai 2019) :

« Les laboratoires Boiron ont reçu le premier avis de la commission de la transparence de la Haute autorité de santé (HAS), jeudi 16 mai 2019 en fin de journée, soit bien après sa fuite dans un média.

La diffusion par la presse de ce premier avis, censé être confidentiel, cause un réel préjudice aux salariés, clients et actionnaires du groupe.

Dans ce premier avis, la commission de la transparence émet une recommandation défavorable au maintien de la prise en charge par l’Assurance-maladie des médicaments homéopathiques.

La procédure d’évaluation en cours prévoit qu’après réception de ce premier avis, les laboratoires Boiron disposent de 10 jours pour transmettre des commentaires écrits ou pour demander une audition auprès de la HAS. Cette procédure permettra aux laboratoires de présenter leurs arguments quant au bien-fondé de la prise en charge des médicaments homéopathiques. A l’issue de cette procédure, la HAS rendra un avis définitif qui sera transmis à la ministre des Solidarités et de la santé pour décision.

Un déremboursement éventuel aurait des conséquences négatives pour les patients, pour les finances publiques et pour l’économie française.

La France génère 60% du chiffre d’affaires du groupe Boiron et un éventuel déremboursement menacerait un millier d’emplois. 

La cotation des actions des laboratoires Boiron, suspendue jeudi 16 mai 2019 en raison de la diffusion par un média d’une information confidentielle, reprendra lundi 20 mai à l’ouverture de la Bourse. »

Crédit photos : Pixabay, Boiron




Nathalie Giraud
Journaliste indépendante pour la presse grand public, elle est spécialiste de l’écologie, de la santé environnementale et des médecines complémentaires. Membre de l’association JNE (Journalistes-écrivains pour la Nature et l’Ecologie), elle est l’auteure du livre « Epices et Santé » (Trédaniel Editeur). Tèl : 06 11 70 21 99.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *