Notre planète, Santé environnementale

Le climat et la santé : même combat !

Les scientifiques persistent et signent. Un nouveau rapport publié par la prestigieuse revue britannique The Lancet est tombé ce 27 janvier 2019 : le changement climatique, l’obésité et la malnutrition sont absolument liés. Pire, nous avons affaire à trois pandémies qui affectent tous les pays du monde. Et les prévisions sont loin d’être optimistes !

Les recherches de 43 experts de 14 pays

Les preuves sont aussi nombreuses que les solutions : il faut lutter contre le système alimentaire mondialisé et ses lobbys qui détruisent la biodiversité et la santé de bien des manières. Le rapport pointe l’inertie des politiques de la plupart des pays et propose des actions communes. Cette « synergie d’épidémies » est en train d’affecter la santé des humains (avec l’augmentation des cancers, du diabète et des maladies chroniques), comme la santé de la planète. La malnutrition est observée sous un jour nouveau : elle inclut toutes les formes de déséquilibres alimentaires, du surpoids à la sous-alimentation.

Une syndémie globale
Ce terme rarement employé en français est au cœur du rapport des experts. Ils nomment « syndémie globale », cet enchevêtrement de problèmes de santé environnementale qui se renforcent mutuellement et qui mettent en péril la vie des humains. Déjà en 2015, The Lancet avait créé la commission Santé et changement climatique, afin de mettre en place les politiques nécessaires pour faire évoluer les pratiques. Mais rien n’a été fait. Un tiers des émissions de gaz à effet de serre est toujours le produit du système alimentaire et de nos sacs de course. Sont en cause l’agriculture de masse standardisée et bombardée de produits chimiques, les transports des produits à l’autre bout de la planète, la destruction de la biodiversité, la viande industrielle et une forme d’urbanisation sans aucune vision écologique.

Agro-industriel pas durable
Le système alimentaire d’aujourd’hui pousse à la surconsommation, et la santé est loin d’être la première motivation des industriels. Ainsi, selon ce nouveau rapport, le système économique entièrement tourné vers l’agro-industriel a un impact très négatif sur la santé, mais aussi sur les agriculteurs obligés de suivre le mouvement pour ne pas disparaître. La préservation de l’environnement, de la biodiversité et des écosystèmes naturels devrait être le point d’orgue d’actions collectives et nationales dans chaque pays. Car si les changements ne se font pas à temps, l’insécurité alimentaire va augmenter avec les bouleversements climatiques (sécheresse, rendements réduits des productions, décalages saisonniers…).

A lire : ça chauffe dans nos assiettes, Yves Leers et Jean-Luc Fessard, préface d’Olivier Roellinger, 19 euros, Edition Buchet Chastel.

Le rapport en anglais : sur www.thelancet.com

Crédit photo : © Pixabay

Nathalie Giraud
Journaliste indépendante pour la presse grand public, elle est spécialiste de l’écologie, de la santé environnementale et des médecines complémentaires. Membre de l’association JNE (Journalistes-écrivains pour la Nature et l’Ecologie), elle est l’auteure du livre « Epices et Santé » (Trédaniel Editeur). Tèl : 06 11 70 21 99.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *