Bien-être, Dans mon assiette, Food

Les raisons de s’inspirer de la cuisine nordique traditionnelle

Elle vient du froid mais elle réchauffe nos petites cellules de nombreux nutriments bienfaisants…
A l’instar du régime méditerranéen qui a gagné ses galons scientifiques dans le domaine de la santé, des chercheurs de l’Université de Copenhague ont démontré que la cuisine nordique traditionnelle était tout aussi avantageuse et équilibrée. Les aliments prisés sont tous naturels, de saison et riches en nutriments qui renforcent le système immunitaire. Voilà ses points forts à ne pas oublier quand on fait ses courses…

Fortifiantes, les céréales entières
Sur les tables nordiques, on trouve le fameux pain noir de seigle, les flocons d’avoine, les graines d’orge et de courge, et les pâtes d’épeautre sont des céréales qui se consomment non raffinées, c’est à dire avec leurs germes et leurs enveloppes de céréales complètes. Ainsi, on profite de leurs acides animés qui renforcent le système immunitaire et donnent de l’énergie en cas de fatigue. Excellentes sources de vitamines B6 et B9 : toutes deux impliquées dans la protection immunitaire, avec une action contre le stress. Ces céréales contiennent aussi du fer, un minéral associé aux défenses anti-infectieuses (environ 2,5 mg pour 100 g, soit 20% des AJR), et des fibres hydrosolubles détoxifiantes. Avec un index glycémique bas et un pouvoir de satiété, ces sucres lents sont des alliées pour garder la ligne autant que la pêche.
En cuisine : le Vollkornbrot
Fabriquez votre pain noir, le Vollkornbrot, avec 220 g de levain bio, 75 cl d’eau tiède, 375 g de farine de seigle, 375 g de farine d’épeautre fine et 1 c. à s. de sel. Mélangez avec une cuillère en bois, couvrez d’un torchon et laissez reposer 12 h à température ambiante. Le lendemain, ajoutez 25 cl d’eau tiède, 500 g de seigle complet concassé et 1 c. à c. de sel et mélangez. Après un temps de repos de 3 h, enfournez le pain 1h45 dans un four à 180°C. Sortez-le du moule et laissez refroidir sur une grille (ingrédients en boutiques bio).


Shopping norvégien
Les pains craquants Sigdal – fabriqués en Norvège et consommés quotidiennement par les Norvégiens – sont riches en fibres et fabriqués grâce à un assemblage d’ingrédients denses nutritionnellement : des céréales complètes et des graines dont on a gardé l’enveloppe qui sont autant de réservoirs naturels de minéraux, d’acides gras et d’Oméga 3.
Du petit-déjeuner à l’apéro !
Ces tartines remplacent le pain, les biscottes et autres préparations de farine blanche. Elles se dégustent sucrées ou salées (ou les deux !) avec vos aliments de saison préférés.
Tout nouveau en magasin : Le format « nomade » de Sigdal (United Bakeries) est distribué chez Carrefour depuis le 1er mai 2018 (0,95 € le sachet de 34 g). Cette nouvelle gamme vient compléter une offre de 7 produits « familiaux » (190 à 220g), disponibles chez Monoprix, Carrefour, Auchan, Simply Market, Métro et autres magasins indépendants. Nomade Pocket : Graine de Courge, 34 gr PMC à partir de 0 , 95€ (2 piéces ).


Anti-fatigue, les baies et les petits fruits rouges
Poussant à l’état sauvage dans les montagnes et les forêts, les airelles, myrtilles, mûres, groseilles, cassis, ainsi que les baies d’églantine et de sureau sont de petites bombes anti-oxydantes, protégeant les cellules du vieillissement. Et c’est en luttant contre les radicaux libres, à l’origine de nombreuses pathologies, que l’on soutient le système immunitaire, le coeur, les os, tout en combattant la fatigue et l’anxiété. Parmi les antioxydants les plus puissants présents dans ces végétaux, la vitamine E riche en polyphénols est surtout présente dans les fruits de couleur violette. On y trouve aussi en abondance la vitamine C, grande protectrice et anti-fatigue : 200 mg dans 100 g de cassis, soit 100% des apports journaliers recommandés. Mais la championne, c’est la baie d’églantine avec 1000 mg de vitamine C pour 100 g. Autre fruit chouchou des plats nordiques sucrés et salés : la pomme, une bonne source de vitamine C avec 10 mg pour 100

Thérapeutiques, les herbes aromatiques et les épices
Toujours présentes dans les traditions culinaires du Nord, les plantes sont précieuses sous toutes les formes : sauvages, séchées, fraîches, congelées… Avec l’aneth, le persil, la menthe, l’estragon ou encore le cerfeuil et la ciboulette, vous serez armés de puissants composés phytochimiques (des phénols antibactériens notamment) que l’on trouve uniquement dans les végétaux. C’est aussi le cas du thym avec son thymol, qui est souverain pour bien digérer quand on le consomme dans l’assiette ou en tisane. Testez aussi la cannelle contre la fatigue, le surpoids et les troubles digestifs : cette épice douce propose en prime plus de 8000 mg de polyphénols antioxydants pour 100 g ! Ne pas oublier l’ail, véritable antibiotique naturel : il nettoie les intestins et les voies respiratoires. Bon stimulant général, le raifort (ce légume de la famille des choux, riche en fer et en vitamine C), a également des propriétés antibactériennes.
En cuisine : une sauce au raifort
Pour accompagner les poissons et les légumes, la racine piquante du raifort relève à merveille les sauces au yaourt (ou au fromage blanc) et aux herbes. Mélangez 20 cl de yaourt avec 1 c. à c. de miel, 2 c. à c. de jus de citron vert, 50 g de raifort finement râpé et 2 c. à s. de câpres, salez et poivrez.

Protecteurs, les poissons et les crustacés
Dans les eaux froides, on trouve du saumon, du maquereau, du cabillaud, du hareng, du flétan du Groenland, de la lotte mais aussi des crabes, des moules et des huîtres. Ces sources d’acides aminés et de minéraux possèdent des acides gras essentiels qui participent à la protection du système immunitaire. Ces célèbres oméga-3 mono-insaturés et les oméga-6 poly-insaturés se trouvent aussi dans les huiles de poisson comme celles du flétan, du maquereau et dans le foie de morue (à consommer à la petite cuillère version nordique, ou en compléments alimentaires). Parmi leurs minéraux impliqués dans la fabrication d’anticorps pour nourrir le système immunitaire, on trouve le sélénium (antioxydant), le zinc (immunorégulateur) et l’iode (anti-fatigue). A noter : la vitamine D (contre le stress, les fragilités osseuse et respiratoire) est en grand nombre dans le hareng, la sardine et les huitres avec 100% des AJR pour 100 g.
En cuisine : les tartines de harengs
Grand classique des déjeuners quotidiens, le hareng mariné (ou rollmops en bocaux) est coupé en morceaux puis déposé sur des tranches de pain de seigle. Ajoutez des rondelles fines d’oignon rouge (pour leur douceur) ou blanc (pour leur piquant), des brins d’aneth ciselés, du sel et du poivre fraîchement moulu. On peut aussi choisir du saumon sans la peau, coupé en petits dés et mélangé à du raifort. Effet rassasiant garanti. Pour cuisiner les poissons de saison (selon leur période de reproduction), télécharger le calendrier du poisson sur le site www.encyclo-ecolo.com

Energétiques, les légumes racines
Les légumes racines ont développé des qualités énergétiques et nutritives, tout en restant peu caloriques : topinambour, pomme de terre, céleri-rave, scorsonère et autres panais sont truffés d’anti-oxydants. Les légumes de couleur orangé (carotte, potiron, courge) sont particulièrement riches en vitamine A et vitamine C. Les variétés de choux sont pleines de vitamine C (90 % des AJR pour 100 g de choux), renforcant ainsi les défenses anti-infectieuses. Les fibres détoxifiantes de ces légumes ont en plus un rôle protecteur sur le système immunitaire digestif car elles nettoient les intestins. Ce qui permet à l’organisme d’être plus combatif face aux virus et aux bactéries.

Redécouvrez l’huile de colza, version bio de première pression à froid svp…
Très prisée dans le nord, cette huile a le rare privilège de contenir le précurseur des oméga-3 (l’acide alpha-linolénique), ainsi que des oméga-6 et 9, ce qui lui confère un bon équilibre et des propriétés santé aussi importantes que pour l’huile d’olive. Elle mérite aussi votre attention pour ses saveurs fruitées d’amande, ses notes végétales de foin, et ses arrières goûts d’artichaut mais aussi de choux : normal car le colza appartient à la famille des Crucifères.

©Pixabay, Sigdal

Nathalie Giraud
Journaliste indépendante pour la presse grand public, elle est spécialiste de l’écologie, de la santé environnementale et des médecines complémentaires. Membre de l’association JNE (Journalistes-écrivains pour la Nature et l’Ecologie), elle est l’auteure du livre « Epices et Santé » (Trédaniel Editeur). Tèl : 06 11 70 21 99.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *