Bien-être, Ma santé

« Nous ne sommes pas impuissants face au cancer »

Voilà un message qu’il est bon d’entendre ! Et c’est justement le thème de la dernière campagne d’information de l’Institut national du Cancer (en lien avec le ministère des Solidarités et de la Santé) qui veut nous le rappeler. Un tiers des Français reste aujourd’hui encore persuadé qu’il n’y a aucun moyen pour éviter la maladie. Or, la dernière étude menée par l’Institut national du cancer et le Centre international de recherche contre le Cancer (CIRC), publiée en juin dernier, confirme que chacun d’entre nous peut agir sur son risque de cancer grâce à des changements de comportements et habitudes de vie. Le chiffre qu’il faut marteler ? 40% des cancers pourraient être évités !

État des lieux…

Dans la perception des Français, le cancer reste la maladie la plus dangereuse. Dans le dernier baromètre cancer (1), les personnes interrogées citent dans plus de 96 % des cas le cancer parmi les trois maladies les plus dangereuses devant le VIH-SIDA (40,5 %) et les maladies cardio-vasculaires (31,5 %). Cette évocation du cancer reste d’ailleurs encore rattachée à la sémantique de la mort, associée à une maladie sévère et potentiellement mortelle (« décès », « incurable ») avec des mots évocateurs aussi de la sévérité de la maladie et de sa potentielle évolution négative (« métastase », « généralisé »)… Pourtant, sans occulter certains cancers qui restent de mauvais pronostic, notamment les cancers liés au tabac et/ou à l’alcool (poumon, oesophage, tête et cou…), des progrès considérables en termes de survie ont été réalisés (2).

Une perception erronée des principaux facteurs de risque évitables de cancers

Le tabac, premier facteur de risque évitable de cancers : la durée plus dangereuse que la quantité quotidienne !

En 2017, plus d’un tiers (31,9 %) de la population âgée de 18 à 75 ans fumait encore au moins occasionnellement. Avec plus de 7000 substances chimiques, dont 70 cancérogènes, le tabac est le premier facteur de risque de cancer. Chaque année, il est responsable de plus de 68 000 nouveaux cas de cancers et de 45 000 décès chez les adultes âgés de 30 ans et plus. La durée du tabagisme est encore plus délétère que la quantité consommée. Pourtant, 33,7 % des personnes interrogées continuent à penser que « fumer ne peut provoquer un cancer que si l’on fume beaucoup et longtemps ». Par ailleurs, ils sont 70 % à adhérer à l’idée que « le sport permet de se nettoyer les poumons » ou que « respirer l’air des villes est aussi mauvais pour la santé que de fumer des cigarettes ».

Le tabac peut être la cause directe ou un facteur favorisant pour 17 localisations de cancers. Si celui du poumon est largement évoqué par le grand public (80 % de ces cancers sont provoqués par le tabac), ses effets délétères sur 16 autres localisations restent méconnus ; le tabac est notamment responsable de 70 % des cancers des voies aérodigestives supérieures (bouche, larynx, pharynx, œsophage), de 50% des cancers de la vessie et de 30 % des cancers du pancréas. La meilleure stratégie pour réduire son risque individuel de cancers est de ne pas commencer à fumer, ou de s’arrêter.

L’alcool, deuxième facteur de risque évitable de cancer : 7 localisations de cancers attribuables à sa consommation

La consommation d’alcool en France reste l’une des plus élevées d’Europe et dans le monde. En 2017, la quantité d’alcool par habitant âgé de 15 ans est de 11,7 litres par an, soit en moyenne 2 verres et demi « standard » ou « unité d’alcool » chaque jour, par habitant (un verre standard = 10 g d’alcool pur). Deuxième facteur de risque évitable de cancers, la consommation d’alcool est responsable, chaque année, de 28 000 nouveaux cas de cancers et de 16 000 décès en France. Parmi les 7 localisations de cancers attribuables à ce facteur de risque, l’alcool, quel que soit son type, est la cause de 8 081 cancers du sein, 6 654 cancers du côlon et du rectum, 5 675 cancers de la cavité buccale et du pharynx, 4 355 cancers du foie, 1 807 cancers de l’œsophage et 1 284 cancers du larynx.

La connaissance du risque de sa consommation sur la survenue d’un cancer reste insuffisante voire erronée au sein de la population française. Les résultats du Baromètre cancer nous enseignent que les consommateurs quotidiens sont moins nombreux à la fois à percevoir un risque de cancer dans le cas d’une consommation journalière supérieure à 2 ou 3 verres et à considérer qu’il est important de réduire ou de limiter sa consommation d’alcool en cas de cancer.
Pour diminuer efficacement son risque de cancers, il est recommandé de ne pas boire plus de 2 verres par jour, et pas tous les jours.

Alimentation déséquilibrée et surpoids : des facteurs de risque mieux intégrés mais… restons vigilants

En 2015 en France, parmi les adultes de 18 à 74 ans, 54 % des hommes et 44 % des femmes étaient en surpoids ou obèses. Les hommes ont plus tendance à être en surpoids que les femmes mais le nombre de personnes obèses est sensiblement égal pour les deux sexes. La même année, on estime à 18 000 le nombre de cancers attribuables à un excès de poids. La nutrition intègre, selon la définition de l’OMS, l’alimentation, l’activité physique et inclut le statut nutritionnel de la personne (amaigrissement, poids normal, surpoids ou obésité).

L’étude CIRC-INCa sur le poids des facteurs de risque de cancers montrent que 5,4 % des cancers en France en 2015 sont attribuables à une alimentation déséquilibrée et 5,4 % au surpoids et à l’obésité (3). Si 90,8 % des personnes interrogées (4) pensent que le rôle de l’alimentation dans la survenue d’un cancer est important, les perceptions sur les facteurs protecteurs ou les facteurs de risques de certains aliments varient. Le caractère protecteur des fruits et légumes semble connu pour 58 % des personnes interrogées, toutefois, elles sont 33,5 % à penser que la viande rouge n’a pas d’influence sur le risque de cancer (5). Or la consommation de viandes rouges a été classée comme probablement cancérogène pour l’homme par le Centre international de Recherche contre le Cancer. Des études épidémiologiques ont montré une association positive entre sa consommation et le développement d’un cancer colorectal. Les viandes rouges regroupent le bœuf, le porc, le veau, l’agneau, le cheval et le mouton. Il est ainsi recommandé de limiter la consommation de viandes rouges à moins de 500 g par semaine (1 steak pèse entre 100 et 150 g) et d’alterner la consommation de viandes rouges avec des viandes de volaille, poissons et œufs.

Sources :
(1)Baromètre cancer 2015, INCa-SpF.
(2)Rapport CIRC-INCa, Les cancers attribuables au mode de vie et à l’environnement en France métropolitaine, juin 2018
(3) Le surpoids et l’obésité sont évalués selon le calcul de ce qu’on appelle l’indice de masse corporelle (IMC) : votre poids (en kg) / votre taille X votre taille (en m2). Par exemple, vous pesez 60 kilos pour 1m70 : 60 / (1,7 x 1,7) = 60 / 2,89 = 20,76 kg/m2. Chez l’adulte, un IMC compris entre 18 et 25 kg/m2 indique un poids normal. Au-delà de 25, vous êtes considéré comme « en surpoids », alors que l’obésité correspond à un IMC supérieur à 30 kg/m2.
(4) Baromètre cancer 2015, INCa-SpF.
(5) Les nouvelles recommandations en matière d’alimentation, activité physique et sédentarité ont été publiées par Santé publique France en janvier 2019 http://www.mangerbouger.fr/Les-recommandations.

Mes sites utiles
www.e-cancer.fr
Liens vers les pages interactives du site e-cancer.fr sur tabac et cancers et alcool et cancers.
Lien vers le Quiz prévention

Et je n’oublie pas…

Tout au long du mois de mars, la campagne Une Jonquille pour Curie (donner pour la recherche) sillonnera toutes les régions de France à la rencontre des français. Toutes les infos sur jonquille.curie.fr

Je lis aussi :
Pour aller bien, montrons nos seins !
Une cure thermale pour réparer l’après-cancer
Même, l’antidote beauté contre le cancer
Combattre le cancer par le sport, c’est possible !
Des lieux pour mieux vivre le cancer

Carine Bruet
Journaliste de presse grand public, rédactrice en chef du Guide de la Thalasso. Je suis une "épicurieuse", en quête de bons plans et d'infos positives pour me (vous) faciliter la vie ! Toujours à l'affût, un vrai radar ! Ah oui et puis... "Je crois en la couleur rose. Je crois que rire est la meilleure façon de brûler des calories. Je crois qu'il faut être forte quand tout semble aller mal. Je crois que les filles joyeuses sont les plus jolies. Je crois que demain est un autre jour, et je crois aux miracles". Merci à la belle Audrey Hepburn pour ces mots, ils sont devenus ma philosophie ! Et ça, c'est BienFaits pour moi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *