Bien-être, Dans mon assiette, Food, Ma santé

Nutritive, aphrodisiaque : faites amande honorable !

L’amande est un sacré fruit cultivé depuis la nuit des temps (les premières traces remontent à la Perse ancienne), son parfum réconfortant est divin et on craque facilement pour sa saveur douce. Qu’est-ce qu’on attend pour se faire du bien ?
Mine de bienfaits
Les adeptes du manger sain – comme nous ! – l’utilisent sous toutes les formes (purée, crème, lait, en-cas). Anti-stress, c’est le fruit à coque le plus riche en magnésium (254 mg pour 100g), et comme la nature est bien faite, il est parfaitement biodisponible par l’organisme qui va en profiter tout au long de la journée. Son apport en calcium est aussi très intéressant pour ceux qui n’aiment pas le lait de vache : 234 mg pour 100g. Rassasiantes, ses fibres font 15 g pour 100g, et ses protéines : 10 g pour 100 g. Ses acides gras polyinsaturés et monoinsaturés sont bienfaisants pour l’organisme, ainsi que la présence des vitamines du groupe B (relaxantes), du zinc (pour l’immunité) et du sélénium (antivieillissement).
L’amande en Ayurvéda
Cette médecine traditionnelle indienne fait la part belle aux aliments ressources de santé. Selon les principes ayurvédiques, les amandes sont hautement nutritives et recommandées en cas d’amaigrissement, convalescence ou perte de poids due à la fatigue. Elles ont même l’art de pacifier les esprits et les organismes stressés. Ce n’est pas tout ! En ayurveda, on dit que les amandes ont une action sur « shoukra » (le tissu reproducteur de l’organisme), et elles sont connues comme puissant aphrodisiaque. Bonne dégustation ! (Source : Joyce Villaume – Le Don)
Dès le petit-déjeuner !
De plus en plus, les amandes en crème ou en purée (photo) remplacent le beurre et la confiture chez ceux qui mangent bio ou végétarien. On trouve ces préparations en boutique bio et désormais dans de nombreuses grandes surfaces sous la forme de pot en verre qui se conservent à température ambiante. On trouve deux versions : amandes mondées (sans la peau) et amandes complètes (qui ont un petit goût sucré en plus). La crème se tartine facilement sur du pain grillé ou du « Pain des fleurs » bio (lepaindesfleurs.fr), et son index glycémique bas (35) ne risque pas de vous donner des envies de sucre supplémentaires, contrairement à la confiture. De plus, sa nature « chaude » et nutritive en fait un aliment de choix pendant les saisons froides, quand le corps a besoin d’un surcroit d’énergie pour lutter contre les baisses de température et les virus. Le lait d’amande est aussi une petite merveille nutritive avec un index glycémique très bas (30) : à faire chauffer et à emmener dans un thermos pour se réchauffer dans la journée.
 
Les scientifiques ont des amandes plein les yeux
Manne financière gourmande (1,17 million de tonnes d’amandes en 2016), cette production est scrutée à la loupe par les industriels qui mettent volontiers en avant les études faites sur leurs petits fruits enrichissants. L’industrie des amandes de Californie – California Almonds – est le plus gros producteur au monde, approvisionnant 80% de la demande globale avec 6800 fermes dont certaines sont tenues depuis trois ou quatre générations. Ainsi, de nombreuses études ont vu le jour pour mettre en valeur cette exceptionnelle production. En parallèle de ces cultures à grande échelle, on a vu aussi apparaître les premiers signes de la disparition des abeilles il y a quelques années. Les agriculteurs ont donc rectifié leurs pratiques, fait revenir les abeilles bienfaitrices pour la pollinisation de leurs champs et ils se sont lancés dans le développement durable.
 
Etudes pour la santé cardiaque
« Plus de vingt ans de recherches ont permis d’affirmer que les amandes contribuent à préserver un cœur sain. En fait, une méta-analyse datant de 2016, et une revue systématique ayant examiné l’étendue des recherches sur les amandes et la santé cardiaque, ont montré les effets bénéfiques significatifs des amandes sur le cholestérol total, le cholestérol LDL et les triglycérides, avec maintien du taux de cholestérol HDL.
Les données indiquent très clairement que la consommation d’amandes doit être encouragée dans le cadre d’un régime sain visant à maintenir des taux sains de lipides dans le sang et réduire le risque de maladie cardiovasculaire. Depuis la publication de cette méta-analyse, de nouvelles études ont examiné l’intérêt pour la santé cardiaque de consommer des en-cas à base d’amandes :
Dans une étude réalisée par Penn State, l’Université d’État de Pennsylvanie, le fait de consommer une poignée d’amandes à la place d’un en-cas riche en glucides peut contribuer à stimuler le HDL bénéfique, aussi appelé « bon cholestérol », et améliorer sa capacité à éliminer le cholestérol nuisible du corps :
Les chercheurs ont étudié 48 femmes et hommes d’âge moyen, de poids normal ou en surpoids. Tous ont adopté un régime traditionnel visant à diminuer le taux de cholestérol. Toutefois, un groupe a consommé des en-cas constitués de 43 grammes d’amandes, tandis que l’autre groupe a consommé des en-cas constitués d’un muffin riche en glucides contenant un nombre similaire de calories. Parmi les sujets ayant mangé des amandes, le taux de mauvais cholestérol LDL a baissé, et le taux de bon cholestérol HDL est resté identique – un bénéfice régulièrement constaté quand des amandes sont intégrées dans des régimes bons pour le cœur. » (Source : California Almonds)
Recette très facile à faire : la gelée d’amandes
Pour 6 personnes
– 1 litre de lait d’amandes, 1 cuillerée à café d’agar-agar, 3 cuillerées à soupe d’amandes effilées grillées, 2 clémentines (ou des quartiers de mangue en sirop, ou autre fruit de votre choix).
Préparation
Faites chauffer le lait et ajoutez l’agar-agar en remuant pendant deux minutes environ pendant l’ébullition. Hors du feu, ajoutez les trois quarts d’amandes effilées. Mélangez, servez dans des coupelles et mettre au réfrigérateur durant deux heures trente, le temps que le dessert se transforme en gelée.
Avant de servir à température ambiante, ajoutez quelques amandes effilées et quelques quartiers de fruits.
Info en +
Choisissez toujours les amandes douces (P. amygdalus var. dulcis) – les plus communes -, et non pas les amandes amères car ces dernières sont toxiques quand elles sont consommées crues, à cause de leur acide prussique.
©Pixabay, ©ethiquable
Nathalie Giraud
Journaliste indépendante pour la presse grand public, elle est spécialiste de l’écologie, de la santé environnementale et des médecines complémentaires. Membre de l’association JNE (Journalistes-écrivains pour la Nature et l’Ecologie), elle est l’auteure du livre « Epices et Santé » (Trédaniel Editeur). Tèl : 06 11 70 21 99.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *