Dans mon assiette, Food

Poissons en conserve ? Les nutritionnistes disent OUI !

Le poisson en conserve, c’est bon ! Et oui, fini les préjugés et les idées reçues sur ces petites conserves qui en plus de nous faciliter la vie, sont économiques et « pleines de ressources ». Pourquoi le poisson, c’est toujours aussi bon? Parole à des nutritionnistes…

L’avis des Médecins Nutritionnistes Dr Laurence Plumey et Dr Arnaud Cocaul

Manger du poisson frais est bon pour la santé. Les poissons en conserve sont également intéressants car, grâce au traitement thermique assurant leur totale sécurité sanitaire, ils gardent une grande partie des éléments nutritionnels du poisson fraîchement pêché. Qu’il s’agisse du thon, des sardines ou du maquereau, ils ont en commun une belle richesse en protéines, Oméga 3 de type EPA et DHA, en vitamine D, en phosphore, en vitamine B12 et en sélénium. À consommer à tout âge ! De plus, l’ANSES recommande de manger du poisson 2 fois par semaine, dont une fois du poisson gras (7). Ce peut être donc thon le mardi, et sardines ou maquereau le vendredi !

Chez l’enfant et l’adolescent, manger du poisson est important pour profiter de toutes les qualités nutritionnelles comme les Oméga 3, les protéines (en particulier pour le thon), la vitamine D, le calcium (avec les sardines), les vitamines du groupe B, le sélénium anti oxydant, l’iode (pour le maquereau).
La dose : 30 g à 3 ans, 50 g à 5 ans, 100 g à 10 ans – et entre 100 g et 150 g durant l’adolescence.

Une mention particulière pour les sardines car elles sont riches en calcium, en protéines, en vitamine D et en phosphore : le quatuor parfait pour une ossature en pleine croissance.

Chez l’adulte, le poisson est important en alternative à la viande. Il est non seulement riche en protéines, mais avec les poissons gras en conserve il apporte également des Oméga 3 et de la vitamine D, éléments que l’on ne trouve pas dans la viande. Compter sur une portion d’au moins 100 g.

Une mention particulière pour le thon en conserve, pratique à emporter et à consommer au bureau ou ailleurs en accompagnement d’une salade composée (fraîche ou en sachet). Il permet de faire un repas facile, gourmand et sain en apportant ses protéines rassasiantes, de la vitamine D, des Oméga 3 et des vitamines du groupe B, ainsi que du fer.

Chez le senior et le sujet âgé, plus on avance en âge, plus les besoins en Oméga 3 de type EPA et DHA sont utiles à couvrir, car les enzymes qui en permettent la synthèse dans notre corps fonctionnent de moins en moins bien. C’est pourquoi manger régulièrement des poissons gras est important. De plus, ils apportent des protéines, de la vitamine B12 et de la vitamine D dont on sait que les carences sont plus fréquentes avec l’âge.

Une mention particulière pour le thon, très riche en protéines et qui se consomme très facilement. Par sa richesse extraordinaire en protéines, il permet de mieux lutter contre l’affaiblissement et la dénutrition du sujet âgé – pour un faible coût. Avec les œufs, le thon est un aliment idéal pour enrichir une alimentation en protéines, en sélénium et en de nombreuses vitamines.

Bon appétit!

 

Références :
Lecerf JM. Poisson, acides gras oméga 3 et risque cardio-vasculaire : données épidémiologiques. Cah Nutr Diet 2004, 39, 143-50 

Mozaffarian D and coll. Interplay between different polyunsaturated fatty acids and risk of coronary heart disease in men. 
Circulation 2005, 111, 157-164 

Marchiolo R and coll. Early protection against sudden death by n-3 polyinsaturated fatty acids after myocardial infaction. Time 
course analysis of the results of the GISSI Prevenzione. Circulation 2002, 105, 1897-1903 

Yokoyama M and coll. Effects of EPA on major coronary events randomised open-label, blinded endpoint analysis. Lancet 2007, 
369, 1090-8. 

Merendino N and coll ; Dietary DHA : a potential adjuvant in the treatment of cancer. Biomed Res Int 2013 : 310186 

Statut en vitamine D de la population adulte en France. Étude Nationale Nutrition Santé (ENNS) 2006-2007. BEH-INVS, 24 Avril 
2012/ n°17-17 

ANSES. Actualisation des repères du PNNS : révision des repères de consommations alimentaires. Décembre 2016. 


©Merci à FIAC-ADOCOM-RP, ©Ph.asset.

Carine Bruet
Journaliste de presse grand public, rédactrice en chef du Guide de la Thalasso. Je suis une "épicurieuse", en quête de bons plans et d'infos positives pour me (vous) faciliter la vie ! Toujours à l'affût, un vrai radar ! Ah oui et puis... "Je crois en la couleur rose. Je crois que rire est la meilleure façon de brûler des calories. Je crois qu'il faut être forte quand tout semble aller mal. Je crois que les filles joyeuses sont les plus jolies. Je crois que demain est un autre jour, et je crois aux miracles". Merci à la belle Audrey Hepburn pour ces mots, ils sont devenus ma philosophie ! Et ça, c'est BienFaits pour moi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *