A la une, Bien-être, Ma santé

Prévention : un système immunitaire en béton !

Voici plusieurs solutions naturelles pour renforcer votre immunité :
Basique mais puissante : une tisane quotidienne de thym
Le docteur Laurent Chevallier, auteur de « Moins de médicaments, plus de plantes » (éd. Fayard), conseille fortement de boire une tisane de thym chaque matin. Cette plante antiseptique vous aidera à combattre de nombreux germes, tout en apportant de l’énergie et de la chaleur. Ennemi des grippes, des rhumes et autres angines, elle soulage aussi la toux. Tout ça grâce à son arme anti-bactérie et anti-virus : le thymol.
Mode d’emploi
1 gramme de plante séchée infusée 10 minutes dans une tasse. En cas d’inflammation déclarée des voies respiratoires : boire 3 tasses par jour d’infusion de thym séché (entre 1 à 2 gr). Vous pouvez aussi laisser refroidir une demi-tasse de cette infusion pour vous en servir en gargarisme afin d’assainir la bouche.
Duo de choc : Echinacée + vitamine C Acérola
En cure, cette association permet de multiplier les effets protecteurs. La plante Echinacée (photo) se prend surtout sous forme de compléments alimentaires : à partir de 12 ans, mais déconseillé en cas de maladies auto-immunes et de grossesse. Non seulement elle renforce l’organisme mais elle réduit les symptômes des infections ORL et des rhumes notamment.

Des études ont montré qu’on pouvait l’associer avec de la vitamine C, très connue pour sa propriété immunorégulatrice. Choisissez-la d’origine naturelle comme le petit fruit acérola.

Mode d’emploi
Prendre ces deux végétaux au petit déjeuner, et faire une cure de 15 jours, à renouveler pendant l’hiver (en vente dans les pharmacies, les parapharmacies et les boutiques bio).

De l’homéopathie : Oscillococcinum®
Ce médicament homéopathique peut très bien se prendre en prévention, une fois par semaine, pendant un ou deux mois. Traditionnellement utilisé dans le traitement des états grippaux – fièvre, frissons, maux de tête, courbatures –, il est aussi efficace pour enrayer l’état grippal, quand les premiers symptômes apparaissent : prendre le plus tôt possible 1 dose 3 fois par jour, pendant 1 à 3 jours. Si les symptômes persistent au-delà de 3 jours, consultez votre médecin.
Mode d’emploi
Par voie sublinguale, chez l’adulte : faire fondre le contenu entier d’une dose sous la langue ou dans un peu d’eau. Chez l’enfant : avant 6 ans, dissoudre les granules dans un peu d’eau en raison du risque de fausse route (Boiron, en vente en pharmacie).
Pour faire fuir les sinusites et les rhinites
En prévention, au tout début des symptômes et en cas de maladies déclarées, faites un lavage nasal avec un sérum physiologique ou le sérum de Quinton à l’eau de mer dynamisée : 2 à 3 fois par jour, il va purifier vos voies aériennes supérieures, le nez, la gorge et le larynx (en vente en pharmacies, parapharmacies et boutiques bio).
©Boiron, ©Quinton, ©Pixabay
Nathalie Giraud
Journaliste indépendante pour la presse grand public, elle est spécialiste de l’écologie, de la santé environnementale et des médecines complémentaires. Membre de l’association JNE (Journalistes-écrivains pour la Nature et l’Ecologie), elle est l’auteure du livre « Epices et Santé » (Trédaniel Editeur). Tèl : 06 11 70 21 99.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *