Bien-être, Ma santé, Nos experts

Sophrologie ? Véronique Dargent nous dit tout !

Après avoir découvert ses séances de sophrologie pleines de bienveillance dans son cabinet, j’ai posé quelques questions à Véronique Dargent sur cette pratique anti-stress qui se développe de plus en plus dans les cabinets en ville…

Pourquoi avoir choisi de devenir sophrologue ?
« C’est le goût des relations humaines, de la relation d’aide qui est le « fil rouge » de ma vie professionnelle. Après mes études (AES, CELSA), j’ai commencé à travailler au siège d’un grand groupe de BTP. Et puis, de poste en poste, de groupe en groupe, vingt-cinq années se sont écoulées, en tant que responsable de la communication interne/externe/sociale ou comme conseil en accompagnement du changement. Puis dans les années 2010, différentes épreuves personnelles de santé bouleversent ma vie et ma façon de voir les choses de la vie. Petit à petit, l’idée a germé que je pourrais peut-être devenir utile à des personnes en difficulté (problème de santé, soutien moral..), ou à ceux qui sont sur le chemin de leur développement personnel. J’ai commencé à me documenter et me renseigner sur les métiers et les méthodes de relation d’aide, comme la psychologie, le reiki, l’hypnose, et la sophrologie ».


Révélation immédiate…
« C’était il y a deux ans, à l’Académie de Sophrologie de Paris (école caycédienne), dirigée par le Dr P.A. Chéné, que j’ai trouvé de nombreux liens avec mon propre parcours professionnel et personnel : l’écoute, le diagnostic, le protocole, la relation d’aide, l’empathie, la bienveillance, le non-jugement… J’ai eu la conviction instantanée que la sophrologie était dans le vrai en travaillant la corporalité, la neutralité, l’action positive, en visant l’autonomie des personnes avec une méthode de renforcement, de développement, d’accompagnement à la transformation. Et c’est un travail tout à la fois individuel et collectif, pour permettre à chacun de vivre et donner le meilleur de soi, professionnellement et personnellement. »
A qui cette pratique est-elle destinée ?
« La sophrologie est une méthode rigoureuse, corporelle et mentale, d’entraînement de la personnalité, visant le développement de la confiance en soi, la prise de conscience de ses capacités et de ses ressources. On y pratique la relaxation : à comprendre dans son sens étymologique de «libération», et de la méditation dynamique. La sophrologie vise à rendre les personnes autonomes. Autonomes dans leur pratique et surtout dans leur vie grâce à un corps plus détendu, un esprit plus clair et une plus grande force intérieure. Une sorte de musculation de son être ! La sophrologie peut donc être bénéfique à tous, enfants, ados, adultes, seniors. Chaque séance dure environ 1h et se déroule debout et assis, les yeux fermés (parfois les yeux ouverts). C’est assez statique : vous êtes guidé par ma voix pendant les séances qui comprennent différentes techniques, et articulent des mouvements guidés sur place rythmés par des respirations et par des visualisations mentales. On ne se déplace que rarement, et seulement dans la pièce où l’on pratique la séance. C’est ainsi une méthode accessible à tous âges. »
 
Quels sont les principaux problèmes que la sophrologie peut « guérir » ? Le stress est-il le dénominateur commun ?
« Par le biais de séances régulières, la personne apprend à se détendre, à se concentrer, à gérer, à apprivoiser son stress et ses émotions mais aussi à mieux mémoriser, à positiver et à se dépasser. Il s’agit aussi d’aider la personne à changer le regard qu’elle porte sur elle, sur les autres et sur le monde. Donc d’appréhender les situations de façon beaucoup plus sereine afin d’avoir des réactions justes et adaptées. Alors, oui, la sophrologie est particulièrement indiquée en cas de stress, d’autant que celui-ci est un facteur aggravant de tous les problèmes. »
Elle va être efficace pour améliorer et renforcer quatre grands domaines :
– le quotidien, la recherche du bien-être, du mieux-être
– le développement personnel
– en préparation mentale (préparer un examen, prise de parole en public, dépasser un événement…)
– en accompagnement d’un traitement médical (cancer, dépression, suites opératoires…)
Mais la sophrologie n’est pas une méthode miracle : pratiquer la sophrologie, c’est juste se donner les moyens d’être bien dans sa peau, en harmonie avec ses valeurs. Prendre soin de soi n’est pas de l’égoïsme, ni de l’égocentrisme. Et ce n’est pas parce que l’on prend soin de soi que l’on ne prend pas soin des autres, bien au contraire !
Quelles sont les études scientifiques qui prouvent son efficacité ?
« Un des principes majeurs de la sophrologie est l’action positive. Toute action positive dirigée vers notre corps ou vers notre mental a un impact physiologique et psychologique important, une répercussion positive sur notre être tout entier. Selon les dernières découvertes des neurosciences, les neurones réagissent et se modifient en fonction de nos croyances. Lorsqu’on change une pensée, les neurones se transforment et cela créé instantanément un nouveau programme mental entraînant des actions mieux adaptées. L’activation répétée du positif provoque un « effet boule de neige » sur toute la personne. La visualisation, qui nous permet de nous représenter un objet, un son, une odeur, une situation, voire une sensation ou une émotion, déclenche alors pratiquement les mêmes effets physiologiques que la réalité ! « 

A l’instar de la méditation…
« Par le biais de séances régulières, la sophrologie nous propose d’atteindre pendant les séances un état modifié de conscience, entre veille et sommeil, dans lequel nous allons pouvoir stimuler différentes capacités et ressources insoupçonnées ou peu exploitées. Le cerveau ne fait pas la différence entre une visualisation et une situation réelle, et la pratique régulière de la sophrologie – avec ses exercices de visualisation – permet bel et bien la production de nouvelles stimulations neuronales dans le cerveau. »
Quelles sont les limites de la sophrologie ?
« Il n’y en a pas vraiment, si ce n’est qu’il ne faut pas la confondre avec la médecine ! La sophrologie ne soigne pas les maladies par exemple, mais elle peut venir accompagner la personne et soulager certains maux. L’objectif est d’être mieux dans sa vie, et si notre bien-être dépend, bien sûr, de conditions favorables, il est certain qu’être bien dans son corps, ses émotions et dans sa tête permet une meilleure adaptation aux conditions de vie. En sophrologie, si on ne l’ignore pas, on ne travaille pas sur le négatif. L’objectif est avant tout de renforcer les structures positives que nous avons en nous tous. »
Combien faut-il de séances ?
« Parfois, en une ou deux séances, on est bluffé par les effets. Mais généralement, pratiquer cinq à dix séances avec un(e) sophrologue, complété par un peu de pratique chez soi, permet de laisser son corps et son esprit s’approprier multiples solutions. Car l’enjeu de la sophrologie, c’est l’autonomie, vous rendre libre, créateur de nouvelles possibilités pour votre santé, votre vie, vos émotions. Et chaque séance de sophrologie est riche de clés. Vous allez faire du chemin en vous, vers les autres, trouver des ressources, développer vos capacités, être plus philosophe, naviguer plus aisément sur les différents âges de la vie, mieux amortir les écueils inhérents à toute existence… »
Doit-on venir avec des attentes bien précises ?
« Plus le besoin est précis, plus les séances seront efficaces et pertinentes. Cela dit, il n’est pas rare de constater des prises de conscience et des bénéfices beaucoup plus étendus que la seule demande initiale, même si, en ce qui me concerne, je me concentre sur cette demande-là. De plus, j’ai remarqué depuis un an que je reçois des personnes qui font d’elles-même évoluer leurs attentes… »
Le prix des séances ?
Les séances durent environ une heure, un peu plus longtemps lors de la première. En individuel, au cabinet, il faut compter 60€ la première séance, puis 50€ les suivantes (40€ jusqu’à 16 ans). En groupe, il faut compter entre 10 et 20€/personne, selon la taille du groupe, le lieu, les indications etc.
Le cabinet de Véronique Dargent :
14, rue A. Coutureau, 92210 Saint-Cloud, tél : 06 60 42 02 64.
Son site : www.dargent-sophrologue.com
©Véronique Dargent, Pixabay
Nathalie Giraud
Journaliste indépendante pour la presse grand public, elle est spécialiste de l’écologie, de la santé environnementale et des médecines complémentaires. Membre de l’association JNE (Journalistes-écrivains pour la Nature et l’Ecologie), elle est l’auteure du livre « Epices et Santé » (Trédaniel Editeur). Tèl : 06 11 70 21 99.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *