Bien-être, Ma santé

Sports d’hiver : je veille à la prunelle de mes yeux !

S’oxygéner, respirer le grand air, profiter des chauds et doux rayons du soleil… Le credo pour beaucoup d’entre nous, qui passons le plus souvent nos vacances d’hiver à la montagne sur les pistes enneigées. Ski de piste, ski de fond, snowboard, balade en raquettes, marche à pied, luge… : le choix est aujourd’hui varié pour s’adonner à la glisse. Mais cela ne doit pas nous faire oublier quelques consignes évidentes, comme celle de bien choisir son équipement, et notamment des lunettes adaptées pour prendre soin de nos prunelles.

Selon une étude réalisée pour l’AsnaV*, l’Association Nationale pour l’Amélioration de la Vue, nous sommes encore 52 % des Français à privilégier notre look lors de l’achat de nos lunettes solaires, tandis que seuls 40 % s’intéressent à la qualité de la protection. Une piqûre de rappel s’impose donc : exposer ses yeux aux rayons UV sans se protéger présente de vrais risques !

Danger immédiat…
En situation de rayonnement intense, 30 minutes d’exposition aux UV peuvent suffire à provoquer une ophtalmie des neiges ! Sensation de brûlure, avec l’impression d’un corps étranger sous la paupière, puis larmoiement important, gêne à la lumière, l’ophtalmie des neiges est une affection spectaculaire de la cornée, souvent sans conséquence, qui contraindra néanmoins à rester 48 heures dans le noir.

“Les dommages, parfois irréversibles, atteignent leur maximum à la montagne, au soleil d’hiver, y compris par temps couvert !”

Des risques à plus long terme
Faut-il également le rappeler : les rayons UV peuvent occasionner des lésions à long terme. Ils s’attaquent à la cornée, provoquant des inflammations de type kératite, mais aussi au cristallin, pouvant accélérer l’apparition de cataractes, et à la rétine, participant ainsi au développement de la DMLA, première cause de basse vision, voire de cécité après 50 ans. Les études démontrent par ailleurs que les risques sont augmentés par une exposition cumulative, souvent commencée dès l’enfance.

Prudence avec les yeux des enfants !
Protéger les enfants dès leur plus jeune âge est donc impératif. Et cela d’autant plus que leurs yeux sont beaucoup plus perméables aux UV : avant l’âge de 10 ans, le cristallin laisse en effet passer 75% des UV, contre 10% seulement après 25 ans. Les enfants doivent donc être attentivement surveillés, en particulier aux sports d’hiver où ils retirent facilement leur masque ou leurs lunettes.

Mais pourquoi la neige accentue-t-elle les risques ?
La neige réfléchit jusqu’à 80% des rayons lumineux, contre 20% pour la mer et 10% pour le sable. Cette forte réverbération est amplifiée par l’altitude, avec un rayonnement qui augmente de 10% tous les 1000 mètres. En montagne, par temps clair, la lumière bleue est également très présente, et l’on sait désormais qu’à une certaine longueur d’onde, ses effets peuvent être toxiques pour l’œil. A l’heure où l’actualité insiste régulièrement sur les risques liés aux sources de lumière artificielle (écrans, éclairage par LED…), l’AsnaV rappelle qu’il ne faut surtout pas négliger les dangers du soleil, premier émetteur de rayons UV et de lumière bleue.

* baromètre de la santé visuelle 2017 – OpinionWay pour l’AsnaV

©Pixabay.

Carine Bruet
Journaliste de presse grand public, rédactrice en chef du Guide de la Thalasso. Je suis une "épicurieuse", en quête de bons plans et d'infos positives pour me (vous) faciliter la vie ! Toujours à l'affût, un vrai radar ! Ah oui et puis... "Je crois en la couleur rose. Je crois que rire est la meilleure façon de brûler des calories. Je crois qu'il faut être forte quand tout semble aller mal. Je crois que les filles joyeuses sont les plus jolies. Je crois que demain est un autre jour, et je crois aux miracles". Merci à la belle Audrey Hepburn pour ces mots, ils sont devenus ma philosophie ! Et ça, c'est BienFaits pour moi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *