Bien-être, Forme & wellness

Le Taï Chi Chuan, une pratique pour améliorer son bien-être

Le Tai Chi Chuan, c’est une discipline chinoise ancestrale, un art martial dit « interne » et aussi une clé vers un développement personnel passionnant à entreprendre. Pratiquant de Taï Chi Chuan depuis huit ans, Christophe Kro nous livre son point de vue sur la force de cette méthode qui équilibre le corps et l’esprit.
Se renouveler
« Au début de l’apprentissage du Tai chi, les postures sont inconfortables pour le pratiquant.  Les positions basses genoux fléchis notamment ne sont pas faciles à tenir, elles s’avèrent parfois difficiles à exécuter, voire douloureuses musculairement. La cause est simple : nous devons apprendre à nous sentir à l’aise dans des positions inhabituelles et inconfortables.  Notre corps n’a pas l’habitude de se mouvoir de cette façon et de solliciter les tendons que nécessitent les mouvements du Taolu (l’enchaînement de positions) « .
Discipline complète
 » Dans notre vie quotidienne, nous répétons toujours les mêmes gestes.  Ce sont des mouvements routiniers que l’on fait au travail ou à la maison. Le Tai chi a cette vertu de solliciter la totalité du corps : muscles, tendons, fascias, os, organes, fluides corporels… Avec le temps, l’élève prend l’habitude de bouger autrement. Les positions qui étaient jusqu’à maintenant très inconfortables deviennent confortables et plus faciles à réaliser « .
  Corps-esprit
 » Au début de l’apprentissage du Taolu, l’esprit est accaparé par le besoin de se souvenir des diverses explications du professeur. Le cerveau doit faire l’effort de bien mémoriser l’ordre des mouvements à effectuer pour réaliser l’enchaînement.  Avec beaucoup de passion et de travail, les gestes deviennent peu à peu plus justes, plus naturels. Les crispations et les tensions disparaissent, le corps se détend. Une fois l’esprit libéré « du comment faire », nous pouvons laisser la mémoire du corps nous guider ».
Nouvelles perspectives
 » Le Tai Chi nous éclaire sur les limites physiques et intellectuelles que nous nous imposons par notre façon de vivre, et notamment par nos croyances. La pratique met en évidence que nous sommes bel et bien limités par notre conditionnement, par nos routines… Mais heureusement, elle nous fait également prendre conscience que nous sommes plus que ce que nous croyons être : nous pouvons sortir de ce conditionnement, nous pouvons nous libérer de la peur de ne pas savoir le faire ».
Revenir à soi
« Sortir du conditionnement ! Oui mais comment ? Nous sommes conditionnés par tout ce qui donne une « forme » à notre cerveau et donc, le bride. L’éducation, la culture, l’environnement, les tendances, les réglementations, l’histoire familiale, la morale, les préjugés, le travail, la religion etc. Ce sont autant d’agents extérieurs qui limitent notre perception et qui ont un impact sur notre comportement.  Grâce à la pratique si complète du Tai Chi, l’individu devient plus fort et plus centré ».
Une vie plus agréable et plus positive
« En poussant la personne hors de ses limites habituelles, le Tai Chi la rend plus forte. En réalisant des mouvements qui étaient complétement inconnus et qui lui semblaient irréalisables à faire, le pratiquant prend conscience qu’il peut aller au-delà de ce qu’il croyait pouvoir faire. En sortant de sa zone de confort,  il comprend maintenant qu’il peut créer de nouveaux modes de pensées qui le rendront plus fort ».
 Transformation du corps
 » Les professionnels du développement personnel vous diront que dans notre société, les personnes dominantes (les hommes par exemple !) ont souvent des gestes amples et dominateurs. La façon de tenir leurs bras semble augmenter leur volume, certains affichent un port de tête altier avec un menton volontaire ; ils ont l’air puissants et charismatiques.  En conséquence, ils sont plus optimistes, plus confiants, plus audacieux et donc, plus séduisants.  Alors que les dominés, eux, sont recroquevillés sur eux-mêmes, la tête basse, les pieds et les genoux dirigés vers l’intérieur, les membres croisés. Ils semblent stressés, effacés, soumis et tristes. Le langage du corps les trahit systématiquement et cette façon de se tenir diminue leur volonté. A mon sens, le Tai chi peut corriger cette situation malheureuse… »
À force de travail
 » Le pratiquant de Tai chi ne pense plus, il libère sa conscience des pensées pour laisser son corps agir. Au fil du temps, la mémoire du corps prend le relais sur la raison. Les gestes amples du Taolu répétés indéfiniment impriment la mémoire du corps, laquelle exécute intuitivement les mouvements. Ainsi, peu à peu, le pratiquant se transforme physiquement et intellectuellement. Le cerveau suit le corps : la personne devient plus confiante, plus déterminée, sa volonté est renforcée. Elle gagne en maintien et en assurance, ses gestes sont amples et maîtrisés. Les individus qui semblaient éteints deviennent alors des personnes lumineuses ». Photo du cours collectif avec Maître Chen Lifa ©M.Tachon
Un livre coffret avec DVD d’apprentissage
Taï Chi Chuan, l’enchainement complet de 85 séquences, de James Kou avec la collaboration d’Eric Yiou (maître de conférence à l’Université Paris-XI), édition Marabout.
Les bonnes adresses
Des cours accessibles à tous partout en France : faemc.fr (la Fédération officielle)
Une vidéo de Tai Chi style Chen avec le professeur Matthieu Tachon qui enseigne près de Bordeaux, à Saint-Aubin-de-Médoc, tél : 06 52 40 32 99 :
https://www.youtube.com/watch?v=WIVisI4j-cw&t=20s
  
  Les sites de Christophe Kro
Blog : taichietdeveloppementpersonnel.blog4ever.com
Ses peintures sur : http://christophekro.wixsite.com/kro-colormyworld/painting
©Pixabay, Christophe Kro, Matthieu Tachon

Enregistrer

Nathalie Giraud
Journaliste indépendante pour la presse grand public, elle est spécialiste de l’écologie, de la santé environnementale et des médecines complémentaires. Membre de l’association JNE (Journalistes-écrivains pour la Nature et l’Ecologie), elle est l’auteure du livre « Epices et Santé » (Trédaniel Editeur). Tèl : 06 11 70 21 99.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *