Bien-être, Forme & wellness

Besoin d’évasion ? Voyage au cœur de Kneipp Land !

Sebastian Kneipp n’était pas simplement abbé. Cet Allemand au caractère bien trempé s’est aussi fait connaître grâce à sa méthode de soins naturelle, proche de la naturopathie, qui a inspiré le thermalisme Outre-Rhin. En France, on le connaît – quand on le connaît ! – pour son fameux « parcours Kneipp » et pour les produits d’hygiène et de bain qu’il a inspirés. Mais en Allemagne, c’est une véritable institution ! Voyage au cœur de Kneipp Land…

Vous connaissez Kneipp Land… ? C’est en Bavière, en pleine campagne, à une petite heure de voiture de Munich, pas loin des Alpes autrichiennes. Ça pourrait être la Suisse, aussi, tant la petite ville est proprette et soignée : chalets irréprochables, parterres de fleurs au carré, rues impeccables : un vrai village de Heidi ! En réalité, nous sommes à Bad Wörishofen, la « ville spa » où Sebastian Kneipp a vécu pendant 42 ans. Impossible de l’ignorer, le bon abbé est partout : dans les rues, les hôtels, le parc, le musée qui porte son nom. Jusque dans l’église où on peut l’apercevoir au milieu d’une fresque. Kneipp Land, quoi !

Mais qui est donc Sebastian Kneipp… ?

Né en 1821, cet homme rondouillard au caractère bien trempé est le créateur de la méthode Kneipp. En France, elle ne dit pas grand-chose. Mais Outre-Rhin, c’est une véritable institution. Cette méthode de santé et de bien-être globale a été mise au point à la fin du 19ème siècle et repose sur cinq piliers : la thérapie par l’eau, les plantes, une alimentation saine (à base de légumes, de fruits de saison, de poissons et de viandes blanches), l’exercice physique, l’équilibre du corps et de l’esprit grâce à la respiration ou la méditation. Aider le corps à se protéger lui-même, trouver en soi et dans la nature nos propres armes d’auto-défense : plutôt tendance, non… ?

Comment est-elle née ? Pour se guérir d’une tuberculose déclarée incurable par la médecine moderne, le jeune Sebastian Kneipp décide de se plonger dans les eaux froides du Danube pour obliger son corps à réagir, puis s’offre un petit sprint dans la foulée. Cette théorie, il l’a lue sous la plume du Dr Sigmund Hahn. Le jeune étudiant en théologie répète ces bains courts dans les jours qui suivent, et les complète par des bains partiels et des affusions. Jour après jour, sa santé s’améliore : ça marche… !

Le Docteur de l’eau répand la bonne parole

Guéri, Kneipp termine ses études à l’âge de 31 ans et devient prêtre. En parallèle, il approfondit ses connaissances sur les bienfaits de l’eau et commence à soigner gratuitement des personnes malades, dont une femme atteinte du choléra, qu’il guérit. Au fil du temps, la réputation du « Docteur de l’eau » n’est plus à faire, même s’il dérange. Poursuivi en justice pour exercice illégal de la médecine et relaxé, il est envoyé en 1855 à Bad Wörishofen, où il poursuit son activité et approfondit ses connaissances sur le monde agricole et les plantes. Au fil du temps, sa réputation dépasse les limites de l’Allemagne. En 1886, le Dominicain publie son premier livre, Ma cure d’eau. La première Maison de bain à vocation thérapeutique voit le jour deux ans plus tard à Bad Wörishofen. Puis une fondation, puis une clinique, puis une association… En 1889, il publie son deuxième ouvrage, Il faut vivre, dans lequel il décrit sa conception holistique de la santé et ses cinq piliers.

Kneipp Land est en route. Le bon abbé compte des disciples un peu partout, voyage, reçoit, répand la bonne parole. Résultat ? Aujourd’hui encore, sa méthode bénéficie d’une belle notoriété en Europe du Nord. Elle a son école de formation en massages et en hydrothérapie, ses centres de cures et de soins. Rien que dans la région de Bad Wörishofen, on en trouve des dizaines et en Allemagne, on ne les compte plus : des hôtels avec un espace bien-être, des centres thermaux, des cliniques… Dans de nombreux spas, on trouve également un « parcours Kneipp » : une succession de bassins, bien souvent, où l’on marche dans de l’eau froide, puis dans de l’eau un peu plus chaude pour stimuler la circulation, masser la plante des pieds, etc. Rien de bien formaté, mais le nom fait figure de référence.

L’hydrothérapie, au cœur de la méthode

En Allemagne, Sebastian Kneipp est considéré comme l’un des pères de l’hydrothérapie moderne. De fait, l’eau, et plus particulièrement l’eau froide, est au cœur de sa méthode. « S’il n’existait qu’un seul remède, ce serait l’eau », dit-il. Il l’utilise en bains partiels, en douches, en jets (sur les bras, les jambes, le visage…), alterne le chaud et le froid… la peau enregistre ces informations et les transmet au niveau des glandes endocrines et du système nerveux végétatif. Son objectif : stimuler le système circulatoire, renforcer les défenses immunitaires et aider le corps à éliminer les toxines. Sebastian Kneipp préconise aussi les enveloppements et les bains aux « herbes médicinales ». De nombreux soins ont été codifiés et beaucoup peuvent être réalisés chez soi.

Un coup de fatigue dans la journée ? Passez vos bras sous l’eau froide (moins de 18°C). Commencer loin du cœur, d’abord sur le bras droit, puis sur le bras gauche, de bas en haut. Ce soin revigorant stimule la circulation sanguine.
Un coup de froid vous guette ? Plongez vos pieds dans de l’eau froide, puis augmentez progressivement la température.
Mal à la tête ? Passez votre visage au jet d’eau froide : commencer par la tempe droite, puis passer à la tempe gauche en faisant des mouvements circulaires en lacets sur le visage. Cette douche calme le cœur, rafraîchit, et aide aussi à lutter contre l’abattement moral et physique.

Un passionné de botanique

Réputé pour ses soins d’hydrothérapie, l’Abbé Kneipp était aussi connu pour ses connaissances en apiculture et il a passé une partie de sa vie à travailler sur les vertus des plantes. Passionné de botanique, il utilise le tilleul oranger pour lutter contre le stress, le genévrier pour soulager les courbatures, le romarin pour surmonter une fatigue passagère… A sa mort, en 1897, il lègue à son ami pharmacien, Léonard Oberhaüsser, le droit exclusif de fabriquer et de vendre des médicaments, des compléments alimentaires et des cosmétiques en utilisant son nom et son image. C’est de cette collaboration qu’est née la société Kneipp en 1919.

Aujourd’hui, elle est contrôlée par le groupe allemand Paul Hartmann. En Allemagne, la marque signe des gammes complètes pour le visage et le corps, des tisanes, des vitamines… Les cosmétiques sont éco-conçus, 100% naturels, sans silicone, ni huile minérale, ni phénoxyéthanol, etc., et ils sont testés sous contrôle dermatologique en milieu hospitalier. Les plantes entrant dans leur composition ? Elles sont cultivées sur des terres éco-encadrées : un pionnier de la cosmétique naturelle et « safe ».

En France, la marque Kneipp est vendue en pharmacies, en parapharmacies et dans les boutiques naturelles. L’offre y est beaucoup plus concentrée : elle se compose surtout de produits « bien-être » pour le corps, les pieds, le bain et la douche. Elle est notamment connue pour ses galets et ses huiles de bain fortement dosées en huiles essentielles – jusqu’à 40% : de vrais bains de Jouvence qui permettent de se détendre (lavande), de lutter contre les refroidissements (eucalyptus) ou de se revitaliser (romarin) ! Depuis cette année, on y trouve aussi des sticks à lèvres, ou encore une gamme de thés et de tisanes bio « bien-être » (Enjoy Life, Bed Time…). Les cinq références actuelles combinent les vertus de plantes, de fleurs et d’huiles essentielles. Vous les libérez à l’aide d’une bonne rasade d’eau… chaude. Sebastian Kneipp doit s’en retourner dans sa tombe… !

Crédit photos : ©Kneipp ; ©ville de Bad Wörishofen

Anne Autret
Mes activités : fondatrice du blog d’information BtoB L’Actu Spa & Bien-Etre, piges, conseil éditorial, conception-rédaction, communication. Mes domaines de prédilection : bien-être, beauté, santé, tendances consommation. Mes pratiques de bien-être : spinal network analysis chez ma chiro préférée Sandrine Perrot, séances d'ostéo avec Magic Valentin Cohas, Pilates, running, badminton, massages bien-être, thalasso, balades au bord de la mer...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *