Notre planète, Santé environnementale

Pesticides et santé : les liaisons dangereuses selon l’Inserm

Après une première expertise collective rendue en 2013, l’Inserm a réuni un groupe de chercheurs pluridisciplinaires*, afin d’actualiser les connaissances sur l’impact des pesticides sur la santé. Les effets sanitaires de deux substances actives (le chlordécone et le glyphosate) et d’une famille de pesticides (fongicides à large spectre SDHi) ont également été examinés – c’est l’une des nouveautés par rapport à 2013. Au total, plus de 5 300 documents scientifiques récents, émis à l’échelle internationale, ont été passés au crible. Sans grande surprise, les résultats confirment ou établissent le lien entre l’exposition aux pesticides et certaines maladies…

Pesticides et santé chez l’adulte

L’expertise collective 2021 confirme en effet la présomption forte de l’existence d’un lien entre l’exposition professionnelle aux pesticides et six pathologies. A savoir : les lymphomes non hodgkiniens, le myélome multiple, le cancer de la prostate, la maladie de Parkinson, les troubles cognitifs et la bronchopneumopathie chronique obstructive / bronchite chronique. Une présomption de lien moyenne a également été mise en évidence avec la maladie d’Alzheimer, les troubles anxio-dépressifs, certains cancers (leucémies, système nerveux central, vessie, rein, sarcomes des tissus mous), l’asthme et des pathologies thyroïdiennes. Ce constat concerne principalement les professionnels. Mais pas seulement, puisque les études portant sur la population générale (exposition environnementale) ont également été examinées à la loupe.

Pesticides et santé chez l’enfant

On le sait : à certaines périodes de la vie, nous sommes tous très vulnérables face à une exposition à un agent toxique. C’est le cas de la grossesse et de la petite enfance. Les documents récents analysés par le collectif d’experts permettent ainsi de préciser le type de leucémies qui menacent l’enfant, lors d’une exposition de sa mère pendant la grossesse. En l’occurrence, il s’agit des leucémies aiguës et de la leucémie aiguë myéloïde, selon les cas. Par ailleurs, un nouveau lien a été mis en évidence avec le risque de leucémie aiguë lymphoblastique (présomption moyenne), en cas d’exposition professionnelle du père pendant la période pré-conceptionnelle.

Concernant les tumeurs du système nerveux central, l’expertise confirme la présomption forte d’un lien entre l’exposition professionnelle des parents aux pesticides pendant la période prénatale. Tout aussi inquiétant : l’analyse des documents récents conduit à la même conclusion, en cas d’exposition domestique aux pesticides pendant la grossesse ou pendant l’enfance. Idem pour les troubles du développement neuropsychologique et moteur de l’enfant, si la mère a été exposée aux pesticides pendant la grossesse, dans le cadre de son activité professionnelle ou pas (causes environnementales). Les travaux analysés confirment un niveau de présomption fort, notamment pour certaines familles de pesticides, comme les organophosphorés.

De même, les études récentes mettent toutes en évidence un lien entre une exposition aux pyréthrinoïdes pendant la grossesse et l’augmentation des troubles du comportement, tels que l’anxiété (présomption forte). A noter que ces résultats sont en phase avec les données toxicologiques récentes. Pour rappel, l’usage des pyréthrinoïdes est en augmentation, car ils sont utilisés pour remplacer les insecticides organophosphorés… Un vrai cercle vicieux.

Chlordécone, glyphosate… De nouvelles préoccupations

Par ailleurs, les différents travaux scientifiques examinés font émerger de nouvelles préoccupations, concernant notamment les effets indirects de certains pesticides sur la santé humaine via les écosystèmes. C’est le cas, notamment, du chlordécone, qui fait beaucoup parler de lui depuis quelques mois. Largement utilisé aux Antilles françaises jusqu’en 1993 dans la culture des bananes, cet insecticide se retrouve encore aujourd’hui dans les milieux naturels. La consommation d’aliments contaminés a entraîné une contamination importante de la population. Le rapport de cause à effet entre l’exposition au chlordécone et le risque de survenue d’un cancer de la prostate est jugé vraisemblable.

Concernant le glyphosate, l’expertise conclut à une présomption moyenne de lien avec le développement des lymphomes non hodgkiniens. D’autres liens sont évoqués à propos du myélome multiple et des leucémies. Mais les résultats sont moins solides, estime le groupe d’experts, en se fondant sur des études expérimentales de cancérogenèse menées chez les rongeurs.

Enfin, les documents récents portant sur les SDHi ont également été analysés. Ces fongicides à large spectre sont utilisés depuis 30 ans. Et pourtant, il n’existe pratiquement aucune donnée épidémiologique sur leurs effets sur la santé – des agriculteurs et de la population générale. Les études expérimentales menées sur des poissons laissent entendre que certains SDHi peuvent avoir des effets perturbateurs endocriniens, au moins dans le modèle utilisé. Certains montrent des effets cancérogènes sur les rongeurs (rats et souris), mais ces résultats sont discutés sur la base d’un mécanisme que l’on ne peut pas extrapoler à l’être humain, expliquent-ils. Conclusion ? Le groupe d’experts souligne la nécessité de poursuivre les recherches, afin d’améliorer l’évaluation de leur potentiel cancérogène et de combler le manque de données chez l’humain

Vous voulez en savoir plus ? Le détail de cette expertise collective est disponible sur le site de l’Inserm ! A partager et repartager…

*Cette expertise collective a été réalisée à la demande des directions générales de la prévention des risques, de la santé, du travail, de la recherche et de l’innovation, et du secrétariat général du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation.

Crédit photos : ©Pixabay

Anne Autret
Mes activités : fondatrice du blog d’information BtoB L’Actu Spa & Bien-Etre, piges, conseil éditorial, conception-rédaction, communication. Mes domaines de prédilection : bien-être, beauté, santé, tendances consommation. Mes pratiques de bien-être : spinal network analysis chez ma chiro préférée Sandrine Perrot, séances d'ostéo avec Magic Valentin Cohas, Pilates, running, badminton, massages bien-être, thalasso, balades au bord de la mer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *